05/10/2007

ONU: la droite opposée à une entrée suisse au Conseil de sécurité

Micheline Calmy-Rey a trouvé très peu de soutien au National dans sa volonté de faire entrer la Suisse au Conseil de sécurité de l'ONU à l'horizon 2020. La neutralité ne serait pas remise en cause, a tenté de rassurer la ministre des affaires étrangères.

Outre les critiques attendues de l'UDC, la présidente de la Confédération a aussi dû faire face aux réserves du PDC et du groupe radical-libéral lors de la discussion du rapport 2007 sur les relations de la Suisse avec l'ONU.

La Suisse a en très peu de temps joué un rôle de leader, très apprécié, notamment au Conseil des droits de l'homme, a déclaré Kathy Riklin (PDC/ZH). Mais le PDC ne comprend pas l'idée ambitieuse de Mme Calmy-Rey d'entrer au Conseil de sécurité.

Comme la présidente de la Confédération le dit elle-même, la participation de la Suisse au Conseil de sécurité n'a pas de chance avant 2020. Alors pourquoi vouloir réveiller les esprits négatifs aujourd'hui, s'est étonné Mme Riklin, demandant à la ministre des affaires étrangères de faire preuve de retenue.

Le groupe radical-libéral n'est "pas tout à fait d'accord" avec cet engagement de principe. Avec le haut niveau de ses contributions à l'ONU, il est normal que la Suisse dispose des informations émanant du Conseil de sécurité. Jacques-Simon Eggly (PLS/GE) juge toutefois meilleure la piste d'un contrat étroit avec un pays qui y siège et qui informerait la Suisse.

Pour l'UDC, une participation de la Suisse parmi les quinze qui décident de la guerre et de la paix serait un coup fatal à la neutralité. Selon Hans Fehr (UDC/ZH), par ailleurs directeur de l'Association pour une Suisse indépendante et neutre (ASIN), les violations de la neutralité sont toujours plus nombreuses.

Comme à son habitude, l'UDC s'est par ailleurs livrée à un dénigrement en règle de l'ONU. "L'organisation n'encaisse que des échecs", selon elle.

La présidente de la confédération n’a donc rien d’autre à faire que de s’occuper d’une éventuelle candidature Suisse pour le Conseil de Sécurité de l’ONU? Elle a beau dire que la neutralité Suisse ne serait pas remise en cause par cette participation. Je vois très bien la Suisse voter au Conseil de Sécurité une intervention militaire contre tel ou tel pays, mais sans y participer en raison de notre neutralité. Quelle crédibilité !

 

 

14:32 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.