16/10/2007

Genève: Marc Roger contre-attaque tous azimuts

Extradé il y a une semaine d'Espagne, Marc Roger a longuement plaidé sa cause devant la Chambre d'accusation de Genève. L'ex-patron du Servette FC a demandé sa remise en liberté devant les juges. Ceux-ci rendront leur décision vendredi.

"C'est moi qui ai perdu le plus dans la faillite du Servette FC", a déclaré l'ancien agent de joueurs français, visiblement marqué par l'épreuve qu'il traverse. Marc Roger a rejeté en bloc les accusations de banqueroute frauduleuse, de gestion fautive et de faux dans les titres portées à son encontre. "Tout a été justifié", a-t-il affirmé.

Le Français a déjà effectué onze mois de détention préventive. Il avait été remis en liberté sous caution en juillet 2005, mais ne s'est jamais présenté aux auditions d'instruction. Devant la Chambre d'accusation, il s'est étonné d'être le seul à subir un tel traitement.

"J'ai acheté le club en croyant qu'il avait un passif de 4,5 millions de francs. En vérité, il était de 14,5 millions de francs", a souligné M. Roger. Selon l'ex-président du club grenat, les anciens dirigeants du Servette FC "ont dilapidé l'héritage légué par Canal Plus".

 

C’est pas moi, c’est les autres……Si Marc Roger avait trouvé la situation qu’il dit avoir trouvé sans le savoir, il ne serait sans doute pas resté muet…Il savait pertinemment où il mettait les pieds (et les mains) …De toutes façons, le procès nous éclairera sur toutes ses affirmations.

 

18:41 Publié dans Sports | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.