19/10/2007

Genève: l'ex-patron de Servette Marc Roger reste sous les verrous

La Chambre d'accusation de Genève a prolongé de deux mois la détention de l'ancien patron du Servette FC Marc Roger. La cour a estimé que les risques de fuite du prévenu en France étaient trop importants pour envisager une libération provisoire.

Le Français, qui est soupçonné d'avoir précipité la faillite du club de football genevois, n'a pas assisté à l'audience. "Mon client a invoqué des problèmes de santé", a souligné son avocat. Marc Roger est inculpé de banqueroute frauduleuse, d'escroquerie, d'abus de confiance et de faux dans les titres.

Les juges ont estimé "graves et suffisantes" les charges pesant sur l'ex-patron du Servette. Selon la justice genevoise, il aurait notamment puisé dans les caisses du club pour alimenter son train de vie. A la demande de Marc Roger, la lecture de la décision de la Chambre d'accusation s'est déroulée à huis clos.

Marc Roger avait été arrêté une première fois à Genève en mars 2005. Il avait été libéré sous caution en juillet de la même année. A peine sorti de Champ-Dollon, il s'était réfugié en France et ne s'était plus présenté aux audiences d'instruction, avançant des raisons de santé. Après une longue procédure d'extradition, il a été remis aux autoritiés judiciaires suisses la semaine passée.

Marc Roger encourt une peine maximale de sept ans et demi de prison. L'ex-président du Servette n'est pas seul à être dans le collimateur de la jutice. L'ancien administrateur du club Olivier Maus a été inculpé de gestion déloyale, alors qu'un cadre d'une fiduciaire zurichoise est poursuivi pour blanchiment.

 

Dans des cas comme ça, on devrait remettre les compteurs à zéro ! C’est-à-dire ne pas compter les jours de préventives effectués avant l’arrestation et l’extradition en déduction de l’éventuelle peine de prison ferme à laquelle il pourrait être condamné. De cette façon, les libérés sous caution prendraient certainement le temps de tenir leurs promesses de se présenter aux convocations des juges.

 

23:02 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.