08/11/2007

CERN: l'anneau cryogénique de 27 kilomètres est achevé

La construction du grand collisionneur de hadrons (LHC) sous la frontière franco-genevoise avance vite. Mercredi, la dernière interconnexion de ce qui constitue le plus grand système cryogénique du monde a été scellée, a annoncé le CERN.

Si tout se passe comme prévu, les premiers faisceaux de particules pourront être injectés dans l'accélérateur géant en mai 2008. Pour l'instant, les scientifiques vont s'atteler à refroidir l'accélérateur, soit quelque 36'800 tonnes de matériel, à une température de - 271,3 degrés Celsius. Pour parvenir à une telle température, inférieure à celle qui règne dans l'espace intersidéral, quelque 10'000 tonnes d'azote liquide et 130 tonnes d'hélium liquide seront diffusées dans un système cryogénique comprenant plus de 40'000 soudures étanches, a fait savoir le CERN.

Le refroidissement de la machine se fera par étape. D'ici à la fin de l'année, cinq secteurs seront amenés à basse température. Les trois derniers secteurs seront refroidis au début de l'année 2008. Ce travail permettra de tester le fonctionnement de la machine.

Le passage à la phase d'exploitation de l'accélérateur est en effet une opération délicate. Selon le CERN, l'énorme machine ne s'enclenche pas en appuyant simplement "sur un gros bouton rouge". La mise en service du système se fera progressivement. Chaque sous-systèmes et chaque éléments sera testé séparément.

Le LHC constituera l'accélérateur de particules le plus puissant de la planète. Les physiciens espèrent grâce à cet instrument unique parvenir à percer les ultimes secrets de la matière.

 

Si le climat devient insupportable à Genève, on pourra demander au CERN de faire un « lâcher de froid »…….

 

21:04 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Quitte à jeter un froid...
Vous pensez réellement que nous arriverons aux ultimes secret de la matière? Soyez donc plus optimiste et dites que nous n'arriverons probablement qu'à un nouvelle étape. Étape qui nous permettra d'entrevoir des secrets encore plus insondables.
Le "bout" de la science est d'une tristesse infinie. Il n'y aura plus de place ni pour les hypothèses, les théories, ni, sourtout, pour le rêve!

Écrit par : L'anar de droite | 09/11/2007

Les commentaires sont fermés.