12/11/2007

Les listes noires bafouent les droits de l'homme, selon Dick Marty

Les listes noires de terroristes présumés établies par l'ONU et l'UE "bafouent les droits de l'homme", estime Dick Marty. Le rapporteur du Conseil de l'Europe sur des activités illicites de la CIA présente un rapport sur ces listes devant une commission ad hoc de l'organisation.

"La pratique actuelle des listes noires bafoue les droits fondamentaux et décrédibilise la lutte internationale contre le terrorisme", affirme le conseiller aux Etats (PRD/TI) dans ce rapport. Les personnes ou les sociétés inscrites sur ces listes noires sont la cible de sanctions individualisées, comme le gel de leurs avoirs ou l'interdiction de se rendre à l'étranger.

Le sénateur suisse dénonce l'absence de "droits de la défense" pour les personnes listées. Il souligne que "la procédure ne prévoit aucune garantie" à leur égard, contrairement aux conventions internationales et européennes ratifiées par l'ensemble des pays concernés.

"Les conséquences peuvent être dramatiques sur la vie personnelle et professionnelle", s'insurge le rapporteur. Il rappelle que "souvent un pays propose d'inclure une personne sur la liste sans fournir des raisons détaillées au comité de sanctions". Celui-ci "donne son accord sans entendre ni même en informer l'intéressé", déplore le rapport.

 

 

Dick Marti a-t-il toute sa raison en parlant de listes noires en Suisse, alors que l’on sort à peine de l’histoire des moutons noirs…….

19:15 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

celui qui bafoue les droits de l'homme c'est bien Dick Marty, ce type trouve pas mieux de s'inquiéter du sort des terroristes dans les prisons secrètes de la CIA, plutôt que de se battre contre des dictatures comme la Chine, Cuba, Corée du Nord, Syrie, Egypte, etc... dont on sait depuis longtemps sont nombreuses des personnes condamnées pour délis d'opinions ou par simple soupçon. Mais voilà Dick Marty n'est pas si bête il a bien compris que la notoriété publique ainsi que d'être le lauréat d'un prix, il faut être un ennemi résolu de l'administration Bush tout comme l'a fait Michael Moore et Al Gore.

D.J

Écrit par : D.J | 12/11/2007

Les commentaires sont fermés.