04/12/2007

Prix des médicaments: contrôle tous les trois ans au lieu de 15 ans

Les médicaments et leurs prix seront à l'avenir contrôlés tous les trois ans. Par 157 voix contre 16, le Conseil national a suivi cette proposition du Conseil des Etats destinée à limiter la hausse des coûts de la santé.
L'évaluation se fera sur la base de comparaisons avec d'autres médicaments et avec les prix pratiqués dans des pays "dont l'économie est comparable". Selon l'ordonnance idoine, il s'agit de l'Allemagne, du Danemark, de la Grande-Bretagne, des Pays-Bas et, si une préparation n'est pas disponible dans ces pays, de la France, l'Italie et l'Autriche.
Le réexamen devra également être entrepris lorsque le domaine d'indication d'un médicament doit être élargi. Actuellement, la législation permet de maintenir un médicament à un prix élevé durant pratiquement l'intégralité des quinze années que dure sa protection par un brevet. En cas d'inovation, une révision du prix peut avoir lieu tous les sept ans.
La révision de la loi sur l'assurance maladie (LAMal) prévoit plus généralement que toutes les préparations seront passées au crible en fonction de leur efficacité, de leur adéquation et de leur caractère économique, avant d'être inscrites sur la liste des produits remboursés. Si ces trois critères ne sont pas respectés, le médicament pourra être rayé de la liste ou son prix modifié.
L'idée de favoriser les génériques afin de réduire les coûts n'a rencontré aucune résistance. A propriétés égales, un médicament avantageux devra donc être ordonné au patient. S'il est prescrit sous son principe actif, une préparation adéquate bon marché devra lui être remis.
Le Conseil des Etats devra encore une fois ce pencher sur cette révision de la LAMal, puisque la version adoptée par le National a été simplifiée par rapport au texte qu'il avait adopté en juin.

 

Mais pourquoi donc  notre cher ministre Couchepin ne l’a-t-il pas déjà proposé ?

 

 

22:37 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.