07/12/2007

Pollution: Genève envisage de fermer la ville aux voitures "sales"

Le ministre genevois Robert Cramer envisage de fermer la ville de Genève aux voitures "sales" si certains seuils de pollution sont dépassés. Il va soumettre la mesure au Conseil d'Etat, a-t-il indiqué à la télévision romande.

La mesure prévoit de munir les voitures "propres" d'une pastille permettant de les identifier. Seuls ces véhicules pourraient entrer dans la ville en cas de pics de pollution, a expliqué le ministre écologiste. Les portes de la cité de Calvin resteraient en revanche fermées aux voitures qui ne sont pas munies de pastilles.

Robert Cramer n'a pas révélé plus de détails sur cette mesure actuellement à l'étude dans son département. Si Genève l'introduisait, ce serait une première suisse.

Le canton du bout du lac a déjà été le premier à décider, en décembre dernier, d'appliquer la circulation alternée en cas de pics de particules fines sur plusieurs jours. Une mesure semblable existe déjà pour l'ozone, mais elle n'a encore jamais été mise en oeuvre.

 

Si on les empêchent de rouler en Ville, est-il prévu de rembourser les impôts sur les automobiles dites « sales » puisqu’elles sont déjà plus taxées que les autres du fait de leur « salitude » (Mot inspiré d’une socialiste voisine…)

 

21:00 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.