17/12/2007

Naturalisations par les urnes: le National s'y oppose toujours

Par 103 voix contre 79, le National a campé sur ses positions en rejetant à nouveau les naturalisations par les urnes. Pour lui, seules les assemblées communales doivent pouvoir voter sur l'octroi du passeport suisse. Le dossier retourne au Conseil des Etats.
Soutenue par le conseiller fédéral Christoph Blocher, l'UDC a en vain tenté de préserver la marge de manoeuvre des cantons et des communes, leur laissant choisir le mode de naturalisation qui leur convenait. Permettre la naturalisation par les urnes serait contraire à la constitution et au droit international, a argumenté Maria Roth-Bernasconi (PS/GE) au nom de la commission.
En cas de refus lors d'une votation populaire, il est impossible d'en exposer les motifs, comme l'a montré le Tribunal fédéral, a-t-elle expliqué. L'autonomie communale dont parle la minorité n'est possible que pour autant qu'elle s'inscrive dans les limites de la loi, a rappelé Kurt Fluri (PRD/SO), au nom de la commission.
La révision de la loi sur la nationalité fait office de contre-projet indirect à l'initiative de l'UDC "pour des naturalisations démocratiques". Elle suscite le mécontentement de l'UDC et d'une frange du PDC et du PRD, qui veut maintenir à tout prix les naturalisations par les urnes.

 

Les élus du National ont vraiment de la peine à comprendre que les citoyens, si on les interroge, n’ont pas à justifier leur vote. Si le peuple d’une commune refuse l’objet d’un vote, il n’a pas, en aucun cas, à motiver son choix. Par ailleurs, pourquoi un refus devrait-il être motivé alors qu’une acceptation ne devrait pas l’être ?

Si une décision démocratique ne convient pas au droit international, c’est que ce dernier est mal fait et c’est cela qu’il faut changer. En démocratie directe, on ne peut pas limiter le droit populaire à certaines questions. Limiter le droit populaire dans ce cas, ce serait ouvrir la porte à bien des abus !

 

18:39 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (3)

Commentaires

L'abus c'est justement de laisser des gens ordinaires voter sur les naturalisations et de les donner à la tête du client!

C'est abberrant de voir des xénophobes s'afficher aussi ouvertement!

Écrit par : Kermitte | 18/12/2007

Vous avez également du mal à comprendre que si la majorité parlementaire s'oppose à une de vos positions, que vous devez l'admettre un point c'est tout.

Écrit par : Dji | 18/12/2007

Lynchage au pays de Heidi.
Je vois que la folie est à notre porte, sur quelle base on veut faire voter le peuple ? Il faut arrêter de dérailler ! En qualité de citoyen, je ne pourrais jamais voter pour une personne méconnu pour lui accorder ou refuser de devenir suisse, j’appelle ça du lynchage !!! Nous avons des institutions qui sont compétentes pour s’occuper de cette situation avec enquêtes à l’appuie sans donner cette possibilité au peuple, c’est mal sain ! Maintenant, si nos politiciens veulent rendre public la vie de chacun, faisons attention à ne pas voir un jour le boumerang nous revenir en plein visage. Et pourquoi ne pas afficher dans toutes les rues un pédophile qui sort de prison pour avertir la population. Ou pourquoi ne pas commencer par nous faire parvenir des dossiers de toute la vie de nos politiciens depuis leur enfance, comme ça, nous verrons aussi, s’ils ont volé des boguets ou arraché un sac à mains à une petite vieille. Allons ne nous perdons pas en chemin, la suisse c’est autre chose que ça ! C’est un beau pays, il ne faut pas le démolir.
Une suissesse qui n’a pas de casier ni même une amende voiture et qui conduit depuis plus de 25 ans, donc, je ne défends pas ma cause ni les délinquants, mais, je ne voudrai jamais me faire contaminer l'esprit par des poubelles de ce genre.
Réfléchissons sur le coût engendré par de telles votations ... vous voulez vraiment mettre le pays à sec !

Écrit par : cheval | 20/12/2007

Les commentaires sont fermés.