19/12/2007

La nationalité dans la statistique criminelle: "oui" du National

La violence des jeunes a largement occulté les autres préoccupations, lors du débat-fleuve au National sur l'enfance et la jeunesse. Malgré l'opposition de la gauche, les députés ont demandé l'inscription de la nationalité dans la statistique criminelle.
Cette mesure devrait toucher tant les mineurs que les adultes. La nouvelle statistique policière de la criminalité sera actualisée en 2009. Le statut de séjour des étrangers y sera enregistré, rappelle le Conseil fédéral, qui soutenait la motion. Le Conseil des Etats doit encore se prononcer.
La droite dure a en revanche échoué dans sa tentative d'établir une distinction entre les Suisses récemment naturalisés et les autres. Walter Wobmann (UDC/SO) a désigné les coupables, à son avis, de l'augmentation de la violence: les jeunes d'origine balkanique. Un amalgame dénoncé par la gauche. "Les jeunes qui ont sprayé le mur de la maison d'Eveline Widmer-Schlumpf ne sont sûrement pas des Kosovars", a rétorqué Ada Marra (PS/VD).
La discrimination n'est pas une solution, ont estimé les députés. Après le Conseil des Etats, le National a ainsi chargé, par 100 voix contre 82, le gouvernement de prendre des mesures pour une meilleure intégration des migrants.
"Plutôt que d'aborder la jeunesse comme un problème, attaquons-nous aux problèmes de la jeunesse", a plaidé Adèle Thorens (Verts/VD), répliquant au tableau apocalyptique brossé par la droite dure.
La gauche et le PDC ont ainsi demandé au Conseil fédéral de s'atteler à une loi sur l'enfance et la jeunesse. La Chambre des cantons devra se prononcer.
Le débat a été l'occasion, pour Pascal Couchepin, de tresser des couronnes de lauriers aux parents et aux enseignants. Tout radical et laïc qu'il est, le ministre s'est aussi fendu d'une confession: ses bêtises de jeunesse auraient pu lui valoir aujourd'hui "au minimum" des mesures éducatives. On peut se poser la question de savoir si nos société ne sont pas devenues plus répressives, a-t-il ajouté.

 

Si la gauche était sure de ses arguments, elle devrait défendre la statistique incluant les nationalités…….

La droite dite dure a tort, il n’y a pas des Suisses et des Suisses récemment naturalisés. Une fois naturalisé, on est Suisse !

Les arguments de politiciens sur les coupables de ceci ou de cela me laisse froid. L’un sait qui n’est pas coupable, l’autre sait qui l’est ! Prouvez-le !!

 

20:25 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Effarant! Digne des nazis qui cherchaient les origines juives de certains Allemands, même de longue date ...

Faire une sous-catégorie de Suisses, c'est vraiment de la pure xénophobie! Effarant!

Et après on parle d'intégration des étrangers! Même lorsque ces derniers s'intègrent et se naturalisent Suisses, ils sont toujours stigmatisés?

Non mais il faut arrêter!

Écrit par : Kermitte | 20/12/2007

Les commentaires sont fermés.