19/12/2007

Pas de naturalisation dans les urnes

D'abord d'avis de maintenir, avec des garde-fous, la possibilité pour les cantons et les communes qui le souhaitent d'octroyer le passeport suisse par votation populaire, la Chambre haute a fini mercredi par se rallier tacitement à la Chambre basse, qui juge cette procédure arbitraire.

 

Les élus qui pensent qu’une procédure peut être arbitraire sont de sacrés margoulins, une procédure n’est qu’une façon de faire quelque chose. En elle-même elle ne peut être arbitraire (ou ne pas l’être) Par contre, les citoyens sont, doivent être arbitraires. C’est cela voter, c’est choisir selon ses propres critères de voter oui ou non à une initiative, de voter oui ou non à un référendum, d’élire tel(le) ou tel(le) candidat(e) aux élections. Arbitrer, c’est choisir, en conscience, la juste mesure. Les citoyens et citoyennes de notre pays sont suffisamment démocrates pour savoir faire la part des choses. Jusqu’à présent, bien des communes ont le droit de naturaliser par les urnes. En dehors d’une exception, Emmen, qui s’est vu, une fois, refuser tous les requérants venant d’une région géographique, il n'y a jamais eu de problèmes. Nos élus devraient réfléchir à deux fois avant de vouloir enlever au souverain une partie de ses droits.

 

19:05 Publié dans Europe | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.