21/12/2007

Dépôt d'armes militaires: Genève ouvre gratuitement son arsenal

Dès le 2 janvier, les soldats genevois qui le désirent pourront déposer gratuitement leur arme militaire à l'arsenal au lieu de devoir la conserver chez eux. Cette mesure est une première en Suisse. Elle pourrait faire école.
La Confédération a accueilli l'initiative genevoise sans grand enthousiasme. Elle n'y a pas non plus mis son véto. "Le projet a été perçu à Berne comme une 'Genferei' ('genevoiserie') acceptable", a résumé devant la presse le conseiller d'Etat genevois Robert Cramer, responsable du Département du territoire.
"Nous avons constaté que les conditions pour laisser son arme à l'arsenal étaient très strictes et que la taxe à payer pour pouvoir le faire était relativement élevée", a noté M. Cramer. Pour le magistrat, il y avait "un côté pénalisant incompréhensible" que le canton espère bien gommer en rendant la prestation gratuite.
Le soldat qui optera pour la solution de l'arsenal devra signer une attestation qui précise qu'il ne dispose pas chez lui des conditions de sécurité suffisantes pour conserver son fusil. Environ 60'000 de francs ont été investis pour aménager l'arsenal qui est équipé pour recevoir 1300 armes dans un premier temps.
Le débat sur l'arme militaire à la maison fait actuellement rage en Suisse. Les fronts se sont durcis à la suite de plusieurs tragédies récentes. Le canton de Genève est bien conscient que sa solution ne va pas permettre d'éviter tous les drames.

 

Que se passera-t-il si ce « libre service » est cambriolé ? Comment le soldat expliquera-t-il la disparition de son arme à la hiérarchie ?

Le cout de ce service me semble excessivement bas. L’Etat nous a habitué à dépenser beaucoup plus pour moins de prestations. Qu’est-ce que ça cache ?

20:03 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.