10/01/2008

Genève: Daniel Zappelli répond à Bernard Bertossa

Le procureur général genevois Daniel Zappelli ne goûte pas du tout les attaques émises à son encontre par son prédécesseur Bernard Bertossa dans les médias. Pour lui, "l'éthique et l'élégance" devraient empêcher un ancien magistrat de critiquer un de ses pairs.
Récemment retraité du Tribunal pénal fédéral, Bernard Bertossa, membre du Parti socialiste, avait appelé les Genevois mercredi dans les colonnes du "Temps" à ne pas réélire le procureur général radical lors des élections judiciaires en avril. Il estime que M. Zappelli n'a pas l'étoffe suffisante pour sa fonction.
Dans une interview parue dans "Le Matin", Daniel Zappelli qualifie cet assaut de "désolant", mais il refuse de s'en prendre à son tour à son prédécesseur. Il observe simplement que Bernard Bertossa "n'a pas respecté son devoir de réserve" et qu'il n'a pas argumenté ses reproches.
Le procureur défend son bilan: "J'estime avoir mené une politique cohérente et complète envers les criminels". Il affirme qu'il n'y a jamais eu autant de condamnations de criminels en col blanc que sous son mandat et que le nombre de condamnations de petits délinquants a doublé. Il estime être paré pour affronter d'autres critiques à l'approche des élections. 

 

Monsieur Zappelli vient de démontrer, par ses dires, la conduite que son prédécesseur aurait dû suivre. Probablement que l’éviction de C. Blocher du Conseil Fédéral est monté à la tête de ce socialiste…….

 

19:08 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

C'est simplement désolant et honteux de la part d'un ancien magistrat de faire cela via un media ! C'est une façon de procéder digne d'un frustré !

Je suis Genevois et d'autre part un membre de famille travail au PJ de Genève et est également en très proche collaboration avec Monsieur Zappelli et rien que pour cela, je voterais à nouveau pour cet homme qui a accompli un travail remarquable !

Écrit par : Cédric | 10/01/2008

Les commentaires sont fermés.