16/01/2008

L'Etat de Genève met un terme à l'affaire Hani Ramadan

Le Conseil d'Etat genevois a mis fin au contentieux qui l'opposait à Hani Ramadan. L'enseignant, licencié pour avoir défendu la lapidation des femmes et des hommes adultères, perçoit une indemnité de départ de 255'000 francs.
Ce montant correspond à 24 mois du dernier salaire que touchait Hani Ramadan lorsqu'il était encore employé au Département de l'instruction publique. "Nous avons opté pour l'indemnité maximale afin de garantir la paix des ménages", a déclaré devant la presse le président du gouvernement genevois Laurent Moutinot.
L'Etat de Genève va également rembourser les frais d'avocat de M. Ramadan, qui s'élèvent à 90'000 francs. La décision du gouvernement genevois permet de clore définitivement une affaire qui avait éclaté en automne 2002. A cette époque, Hani Ramadan avait publié une tribune libre dans "Le Monde".
Dans les colonnes du journal français, il défendait la lapidation des femmes et des hommes adultères. Cette position avait fait bondir le gouvernement genevois, qui estimait que M. Ramadan avait violé son devoir de réserve en tenant de tels propos et n'avait plus sa place dans l'enseignement public.

 

S’il suffit de défendre la lapidation des femmes et des hommes adultères pour obtenir 2 ans de salaire à l’Etat de Genève ainsi que  les frais d’avocat, de nombreux fonctionnaires devraient soutenir les thèses de Monsieur Ramadan. Le con(tribuable) genevois s’est fait avoir !!!!!!
L’article n’en parle pas, mais il prend certainement son capital retraite aussi…..!

Le citoyen a-t-il un moyen de recours?

 

22:02 Publié dans A Genève | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Moutinot va le payer avec les amendes pour la fumée passive et celles des clients de dealers ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 10/05/2008

Les commentaires sont fermés.