25/01/2008

Swisstransplant: 1/3 des patients en attente ont reçu une greffe

Près d'un tiers des personnes qui avaient besoin d'une greffe d'organes en 2007 ont bénéficié d'une transplantation. Sur les 1381 patients en attente, 50 sont décédés, a indiqué swisstransplant sur son site internet.
Selon les statistiques 2007, plus de 870 personnes sont toujours sur la liste d'attente alors que 36 en ont été enlevées. Parmi les 416 patients transplantés, 34 ont reçu une greffe des poumons et 29 un coeur. Le nombre de décès est en hausse par rapport aux années précédentes. En 2006 et 2005, 38 patients étaient morts faute d'organes. La liste des personnes en attente s'est aussi allongée, passant de 1159 malades en 2005 à 1381 l'année passée. 

 

Ces chiffres sont désolants. Cependant, pour être complet, il faudrait savoir combien de greffes n’ont pas eu lieu par défaut de compatibilité. C'est-à-dire qu’il y avait des donneurs dont les organes n’ont (n’auraient) pu servir faute de receveur(s) compatible(s). On dit également qu’il n’y a pas assez de donneurs en Suisse. C’est certainement vrai, mais combien y a-t-il de décédés dont les organes auraient pu être transplanté ?

 

23:15 Publié dans Suisse | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Les greffes sont une immense arnaque soutenue par un corps médicale tout puissant et l'industrie qui se trouve derrière:

- Quel est réelement l'ésperance de vie d'un transplanté ?
- Et surtout dans quelle conditions vie il, bourré d'anti-rejet et d'immuno-depresseurs ?

Pour rappel, ce transplanté de la main dont la vie était un tel calvaire qu'il a demandé a se faire amputer du greffon ! Vous me direz que la main n'est pas un organe vital, mais ça donne une idée de l'arrogance des medecins quand ils prétend que la technique est au point.

En realité certain y voit des cobayes pour leurs recherches, d'autre du profit. Le tout aidé par notre peur bien naturelle de la mort. Mais actuellement ce n'est certainement pas une option valable pour sauver des gens.

AF

Écrit par : Alain Fernal | 04/02/2008

Les commentaires sont fermés.