04/02/2008

FOCUS/UBS en léger recul, après geste de GIC envers les actionnaires

L'action UBS était en léger recul lundi matin, après que le fonds souverain singapourien GIC se soit dit "préparé à ajuster" les termes de l'accord de recapitalisation avec la première banque.A 11H00 (10H00 GMT), le titre UBS perdait 0,36% à 44,24 CHF, dans un marché en hausse de 0,26%.Face à la fronde des actionnaires minoritaires sur le projet de recapitalisation de l'UBS, le directeur général de GIC, Tony Tan, a indiqué être "préparé à ajuster les termes" de l'accord, dans un entretien au quotidien économique britannique Financial Times paru dimanche."Nous serions prêts à voir comment nous pourrions les aider (les actionnaires)", a précisé M. Tan, dans un entretien qui remonte au 25 janvier lors du Forum de Davos."Mais nous avons signé un accord avec eux (UBS) et il doit être honoré", a-t-il souligné. "Nous aimerions voir (l'augmentation de capital) approuvée" lors de l'assemblée générale extraordinaire du 27 février, a ajouté M. Tan."Cette assemblée sera assez houleuse", a estimé le directeur général de GIC. Si l'augmentation de capital n'était pas approuvée, "la banque aura quelques soucis. Les actionnaires vont le comprendre", a-t-il prévenu.L'UBS avait annoncé le 10 décembre l'émission d'un emprunt obligataire convertible en actions de 13 mrd CHF pour renflouer son capital.Ce montant doit être souscrit à hauteur de 11,5 mrd CHF par le fonds d'investissement public singapourien GIC, qui deviendrait ainsi le premier actionnaire de l'UBS avec environ 9% du capital, et par un investisseur anonyme du Moyen-Orient.Cette recapitalisation par des fonds souverains est contestée par certains actionnaires, qui demandent à pouvoir participer à l'augmentation de capital.

 

Il ne serait pas surprenant que la direction de l’UBS ait un accord « secret » avec les nouveaux actionnaires. Ces derniers manient déjà la carotte et le bâton avec leurs « nouveaux » associés. Les anciens actionnaires se rendent compte maintenant que dans la perte annuelle de 2007, non seulement il y a les dépréciations dues aux subprimes, mais également 8 milliards de bonus…

Pour qui les bonus ?

 

23:14 Publié dans Economie | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.