08/02/2008

Lapsus de Couchepin: Mörgeli est accusé d'instrumentalisation

La Fondation des mémoriaux de Buchenwald et de Mittelbau-Dora accuse l'UDC zurichois Christoph Mörgeli d'avoir instrumentalisé l'ancien camp de concentration. L'intéressé s'en défend et invoque un pur "hasard".
S'exprimant à propos du différend l'opposant à Pascal Couchepin à cause du lapsus du conseiller fédéral sur les noms "Mörgele" et "Mengele", le conseiller national UDC a répliqué mercredi devant les caméras de SF depuis le camp de Buchenwald, en Allemagne.
Pour la Fondation, le site a "selon toute vraisemblance été instrumentalisé dans le sens voulu par M. Mörgeli pour une polémique partisane interne à la Suisse". Et de préciser, dans un communiqué, que la télévision alémanique a tourné sans autorisation.
Jamais jusqu'ici une équipe de télévision et un politicien n'ont contourné de telle manière les règles visant à protéger la dignité du site et des victimes, selon le directeur de la Fondation Volkhard Knigge. Il appelle la SF à admettre en plus haut lieu que le tournage a été réalisé contre la volonté de la Fondation.
Christoph Mörgeli se défend de toute volonté d'instrumentalisation. Sollicité par SF alors qu'il se trouvait en Allemagne, l'idéologue de l'UDC dit avoir accédé à une demande d'interview par le correspondant de la chaîne sur place. C'est "le hasard" s'il se trouvait à ce moment dans le camp de Buchenwald, a assuré le conseiller national.

 

Encore un peu et on va nous dire que M. Mörgeli a poussé notre président au lapsus…….

Maintenant c’est comme ça, " l’agressé" doit se justifier, alors que "l'agresseur" se pose en victime....

 

22:27 Publié dans Politique | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.