09/04/2008

L'UDC réagit à la vague de soutien à Eveline Widmer-Schlumpf

L'UDC a réagi à la vague de soutien qui s'organise autour d'Eveline Widmer-Schlumpf. A la suite d'une annonce parue dans la presse alémanique, Christoph Blocher a invité l'ancien conseiller fédéral Rudolf Friedrich (PRD) à un débat public.

L'annonce rédigée par M. Friedrich dénonce "le comportement anti-démocratique et le style de l'UDC". Ses signataires soutiennent Eveline Widmer-Schlumpf, "démocratiquement élue", rappelle l'ancien ministre zurichois.

Pour les démocrates du centre, il s'agit d'"une manière désormais coutumière de monter les esprits pour dénigrer l'UDC", remarquent-ils dans un communiqué. Le parti de Chrisoph Blocher dit toutefois se réjouir de "mener un débat public sur la culture politique qui règne dans ce pays".

L'UDC laisse a Rudolf Friedrich le choix du lieu de la discussion. Il peut également choisir un partenaire de débat "que celui-ci soit issu du PRD, du PS, du PDC ou des Verts". M. Blocher serait lui secondé par le président du parti Toni Brunner.

M. Friedrich a dit pouvoir envisager sur le principe un débat public: "Cependant je préfèrerais discuter avec Christoph Blocher seul à seul". Mercredi après-midi, il n'avait pas reçu d'invitation personnelle de la part de M. Blocher allant dans ce sens.

 

 

Certains parlementaires ne devraient pas utiliser le mot démocratie n’importe comment : démocratie veut dire décision par le peuple. Les parlementaires ont tendances à le traduire par décision par les représentants du peuple. Ce qui induirait (comme c’est le cas en France) que les citoyens et citoyennes donneraient un chèque en blanc à leurs élu(e)s. Heureusement, en Suisse, le souverain est le peuple. Donc si un parti politique présente, en fonction de l’accord gouvernemental en vigueur, certains candidats, il serait normal que les partis en présence votent pour ces candidats. Dans le cas contraire, il est illusoire de penser qu’un parti pourrait se voir forcé de reconnaître un conseiller fédéral comme son représentant s’il ne l’a pas choisi.  Francis Mathey en sait quelque chose. Que Madame Widmer-Schlumpf ait été élue par la majorité des parlementaires, conformément à la règle, est exact, mais personne, même pas elle, ne peut prétendre qu’elle représente l’UDC.

 

Commentaires

Les régles du jeu sont claires: c'est le parlement qui élit.

Si il y a quoi que ce soit à y redire, il faut modifier les règles! Mais demander à une conseillère fédérale élue selon les règles de démissionner, c'est proprement scandaleux et anti-suisse.

rien n'empêche l'UDC de ne pas la reconnaitre comme représentante de l'UDC. Nul besoin pour cela d'exclure la section grisonne.

Question: une fois Mme Widmer exclue avec sa section, quel sera le statut de Samuel Schmid ? Conseiller fédéral UDC? L'UDC sera donc toujours un parti gouvernemental.

plus personne ne semble s'intéresser à résoudre les vrais problèmes, à l'udc. J'en prends note: le parti s'occupe de son nombril, et pas du reste.

Écrit par : Bernadette | 10/04/2008

Les commentaires sont fermés.