21/04/2008

Transit alpin: cinq fois moins de camions en Suisse qu'en Autriche

Cinq fois plus de camions transitent par les cols autrichiens que par les cols helvétiques. Pour l'association des transports et de l'environnement autrichienne (VCö), la faible progression du trafic en Suisse a été possible grâce à la redevance poids lourds.n 2007, 6,52 millions de camions ont emprunté les cols alpins autrichiens, annonce une étude de la VCö. Cela représente une hausse de 2,92 millions par rapport à 1994. En Suisse, durant la même période, 1,26 million de poids lourds ont circulé soit 280'000 de plus qu'en 1994, poursuit l'organisation. Selon elle, c'est la redevance sur le trafic des poids lourds liée aux prestations (RPLP) qui a permis de ralentir l'augmentation du nombre de camions dans les Alpes suisses.'étude précise qu'en Suisse deux tiers des biens qui transitent par les Alpes le font par le rail et un tiers par la route. En Autriche, 30% des marchandises sont transportées par rail et 70% par la route.ace à cette situation, la VCö préconise la mise en place d'une bourse de transit alpin. Ce système prévoit notamment de délivrer un nombre limité de droits de transit à travers les Alpes. Les autorisations de transit seraient accordées pour différentes périodes et différents points de passage.u niveau suisse, le Conseil des Etats a refusé en octobre dernier d'approuver l'introduction d'une bourse de transit dans la loi sur le transfert de la route au rail. Mais le projet n'est pas enterré. En février, la commission des transports du National a souhaité que le Conseil fédéral élabore une loi réglant la mise en oeuvre de cet instrument.

 

Cette idée de bourse pour le transit me parait être une excellente idée. On pourrait ainsi faire payer aux spéculateurs le prix du passage de leurs « biens » par les alpes…. Imaginez un acheteur allemand de tomates italiennes « obligé » de payer le prix fort pour faire parvenir ces  tomates sur les étals allemands… Il ne gagnerait plus un sou et achèterait des tomates allemandes …Ce pourrait se vérifier pour les patates égyptiennes… Si le prix du transport devenait si cher qu’il serait plus rentable pour tous de laisser les égyptiens acheter « leurs » pommes de terre……….

 

Les commentaires sont fermés.