24/04/2008

Le Conseil fédéral contre les naturalisations par les urnes

Eveline Widmer-Schlumpf a lancé la campagne du Conseil fédéral contre l'initiative de l'UDC visant à rétablir les naturalisations par les urnes. C'est la première fois qu'elle doit affronter une votation populaire, de surcroît sur un projet de son parti.

A l'instar du gouvernement, la ministre de la justice juge l'initiative populaire "pour des naturalisations démocratiques" problématique au niveau du droit, mais aussi de la pratique sur le terrain. Ce texte n'apporte aucune garantie quant au respect par le candidat des conditions posées pour obtenir le passeport suisse, en particulier sa bonne intégration en Suisse.

Or, cet élément est et doit rester l'élément déterminant, selon Mme Widmer-Schlumpf. "Celui qui défend des valeurs d'une autre culture qui sont en contradiction avec notre ordre juridique, par exemple concernant le mariage forcé ou la lapidation des femmes adultères, ne doit pas être naturalisé."

Et de plaider pour des procédures marquées par l'objectivité, et non par l'arbitraire et la discrimination, une dérive que portent en germe les naturalisations soumises au peuple. La conseillère fédérale s'est aussi employée à démonter l'argument de l'UDC des naturalisations "en masse".

 

Pour la première occasion que notre nouvelle Conseillère Fédérale a de démontrer que malgré son élection « non désirée » elle faisait partie intégrante de l’UDC en soutenant autant que possible l’initiative populaire, on peut dire qu’elle montre clairement qu’elle choisi de soutenir celles et ceux qui l’ont portée au pouvoir! Les membres de la section grisonne de l’UDC, qui viennent de lui accorder un soutien qu’elle ne leur rend pas doivent se sentir flouer… Il n’y aura peut-être pas besoin d’exclure la section grisonne de l’UDC, elle va se dissoudre d’elle-même.

 

Les commentaires sont fermés.