29/04/2008

Angela Merkel à Berne: aéroport et fiscalité au menu

La Suisse et l'Allemagne veulent repartir sur une base nouvelle dans leur litige sur l'aéroport de Zurich. Angela Merkel et Pascal Couchepin ont annoncé à Berne une nouvelle campagne de mesure des nuisances sonores endurées par les riverains des deux côtés de la frontière.

Le groupe de travail commun sur ce dossier, qui a fait du surplace depuis deux ans, se remettra à nouveau au travail, ont annoncé la chancelière allemande et le président de la Confédération. Ils s'exprimaient devant la presse à la résidence du Lohn à Kehrsatz (BE).

Composé de représentants de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) et du ministère allemand des transports, le groupe de travail devra réaliser une étude qui permettra de comparer les nuisances dans les deux pays sur une base objective. Sur cette base, la Suisse formulera une nouvelle proposition.

Evoquant la question de la fiscalité, objet de frictions entre la Suisse et l'Union européenne (UE), Mme Merkel a relevé que le secret bancaire faisait partie de l'identité helvétique. Elle n'en a pas moins souhaité que le dialogue "s'intensifie" avec la Suisse sur la question des directives européennes en matière de fiscalité de l'épargne.

 

On pourrait relever également que le secret bancaire est en grande partie du à certaines actions d’une Allemagne d’autrefois, la guerrière. Sans les spoliations des avoirs juif par des allemands durant la dernière guerre mondiale, il n’y aurait pas de secret bancaire en Suisse. Maintenant il existe. Il est certain que certains européens en profitent, probablement pour les mêmes raisons qu’à l’époque. Les étrangers déposant leurs biens en Suisse sans le déclarer dans leur pays d’origine sont souvent « victimes » du trop d’impôts, donc d’une forme de spoliation…

 

Les commentaires sont fermés.