30/04/2008

Pour plus de 50% des Suisses, la presse n'est pas indépendante

Plus de la moitié des Suisses pensent que les journalistes ne sont pas indépendants: 54% estiment que les médias subissent des pressions de la part des partis politiques et du pouvoir. Presque autant (53%) remarquent des pressions financières, révèle un sondage.

Cependant, de manière générale, les interrogés jugent que les médias font bien leur travail, relève le sondage effectué pour le magazine "Edelweiss". Ils font avant tout confiance aux magazines d'informations, aux quotidiens et aux radios. Internet fait l'objet d'un regard plus critique.

Egalement interrogés sur la publicité, 79% des sondés la trouvent dérangeante à la télévision. Les annonces ne sont pas non plus les bienvenues sur internet pour 51%. Elles gênent en revanche seulement 19% des Suisses lorsqu'elles paraissent dans les quotidiens.

 

Les journalistes, en Suisse comme ailleurs, ne sont plus (pour autant qu’ils l’aient été une fois) indépendants. Ils doivent forcément faire avec leur(s) patron(s), avec les annonceurs, avec les amis politiques, etc..  Bien qu’ils s’en défendent, les journalistes pensent être au dessus du reste du Monde, Ils pensent que si un journaliste n’est pas là pour témoigner de ce qu’il a vu (entendu) la Vérité ne sera pas dite. Exemple le Tibet, les journalistes disent que puisqu’ils ne sont pas représentés, on ne peut dire ce qu’il s’y passe et que par définition les autorités chinoises ne sont pas crédibles.  Ils étaient à Timisoara, lors du coup d’état en Roumanie, il y avait tellement de morts qu’ils ne pouvaient plus les compter. Idem en Irak, seuls les journalistes « accrédités » peuvent aller sur le terrain. Et en Afghanistan ? Etc…………..

 

 

Comptes routier et ferroviaire 2006: les coûts ont été couverts,

La route a couvert ses coûts à 115 % en 2006 et les chemins de fer à 104,3%. Mais la situation est nettement moins bonne du côté ferroviaire si l'on n'inclut pas les subventions. Le taux de couverture tombe alors à 43,2%.

Les chiffres provisoires pour le trafic routier font état de dépenses de l'ordre de 6,99 milliards de francs, contre 8 milliards de recettes. Par rapport à 2005, les recettes ont augmenté de 0,2% et les dépenses de 0,66%, selon les chiffres publiés mercredi par l'Office fédéral de la statistique (OFS).

Le compte routier n'englobe pas les coûts externes (pollution, santé ou accidents). Selon l'OFS, ces derniers sont situés dans une fourchette de 8 et 9 milliards de francs.

Le compte ferroviaire 2006 est quant à lui d'ores et déjà disponible dans sa version définitive. Il fait état de dépenses de 8,65 milliards contre 9,02 milliards de recettes. Sans subventions, ces chiffres sont respectivement de 14,83 milliards et 6,41 milliards, soit un taux de couverture de seulement 43,2 %.

Le secteur du transport des 37 compagnies prises en compte par l'OFS, dont les CFF, a rapporté à lui seul 3,75 milliards de francs, soit 100 millions de plus qu'en 2005. Soixante-neuf pourcent des recettes sont issus du trafic voyageurs et 31% des marchandises.

 

A l’école, j’étais assez bon en calcul, mais là, je ne comprends pas bien, sans subvention on dépense 6,2 milliards de plus qu’avec subventions. Par contre les recettes ne sont diminuées que de 3,4 milliards si on enlève les subventions. On devrait doubler les subventions, on aurait pratiquement plus de dépenses, que des recettes, le bonheur !!!

 

Genève: Pascal Couchepin inaugure le Salon du livre

Le président de la Confédération Pascal Couchepin a inauguré à Palexpo le Salon international du livre et de la presse de Genève, dont l'Egypte est l'hôte d'honneur. Il a souhaité que le livre "reste un vecteur de culture, sinon le plus important".

Accompagné des autorités genevoises, saint-galloises et de représentants de l'Egypte, M. Couchepin a parcouru les halles du salon, visitant de nombreux stands et pavillons. "Le salon est l'occasion d'améliorer les contacts entre l'édition et le public", a-t-il souligné.

Ayant rendu un hommage appuyé aux hôtes de la manifestation, le président de la Confédération a entrevu avec plaisir "que les collectivités publiques décident de soutenir l'édition, et ainsi les auteurs".

Pour le permier jour, l'entrée était exceptionnellement gratuite. Sur une surface totale de 35'000 m2, le Salon du livre de Genève accueille cette année 555 exposants, soit près du double de la dernière édition. Plus de 100'000 visiteurs sont attendus à Palexpo jusqu'à dimanche.

 

 

 

Est-ce que notre président a acheté au moins un livre ? (Concernant la façon de rendre les primes d'assurances maladies payées en trop par les Genevois et les Vaudois?)

 

DFJP: Eveline Widmer-Schlumpf se sépare du chef de la communication

Eveline Widmer-Schlumpf continue de faire le ménage au Département fédéral de justice et police (DFJP). Elle s'est séparée du chef du service d'information Livio Zanolari. Ce Grison quitte son poste "avec effet immédiat", a annoncé le DFJP.es services de la conseillère fédérale ont cependant refusé d'en dire davantage. Livio Zanolari n'a pas souhaité non plus commenter les faits. Ancien journaliste à la Télévision suisse italienne, il est entré dans l'administration fédérale en mars 1997, en devenant porte-parole de Flavio Cotti, alors chef du Département des affaires étrangères.l a ensuite travaillé avec les conseillers fédéraux Joseph Deiss et Micheline Calmy-Rey, avant de passer en août 2003 au DFJP chez Ruth Metzler, puis Christoph Blocher. En août 2005, il avait été nommé à la tête du service d'information. Livio Zanolari, 52 ans, a aussi siégé au Grand Conseil grison pour le PDC de 2000 à 2006.n janvier, Eveline Widmer-Schlumpf a déjà démis de leurs fonctions le secrétaire général du DFJP, Walter Eberle, et le secrétaire général suppléant Yves Bichsel, deux proches de Christoph Blocher.

Mais où sont donc les dénonceurs de complots ? Que font les différentes commissions chargées de ces personnes ? Pourquoi personne ne s’offusque-t-il des ces mises à pieds ?

Lorsque C. Blocher avait ACCEPTE la démission du procureur Roschacher, dont tout le monde s’accordait à dire qu’il n’était pas à sa place, que n’a-t-on entendu, à quel complot notre ministre s’était-il associé ? Souvenez vous des notes, des plans, des initiales de tous les participants à ce complot visant à évincer le sieur Roschacher, les membres d’une certaine commission ne s’abstenaient pas de prendre position…

Mais maintenant, il s’agit de madame Widmer-Schlumpf, démocratiquement élue par les autres partis. Et l’accuser de quoi que ce soit reviendrait à approuver son exclusion de l’UDC, mais ça, les autres partis ne le veulent surtout pas !

29/04/2008

Assurance maladie: les cantons unanimes à prôner le non

Les gouvernements cantonaux sont unanimes à rejeter l'article constitutionnel sur l'assurance maladie, soumis en votation le 1er juin. Ils refusent de perdre le contrôle des quelque 8 milliards de francs qu'ils injectent chaque année dans le système de santé.

"On a rarement vu une telle opposition institutionnelle", a commenté Pierre-Yves Maillard, conseiller d'Etat vaudois et président de la Conférence suisse des directeurs cantonaux de la santé (CDS). Vingt-cinq gouvernements cantonaux ont appelé à voter non, seuls les Grisons se sont abstenus.

Les Conseils d'Etat ont délégué 41 de leurs membres, de tous partis, dans un Comité des canton. Deux conseillères aux Etats, la Zurichoise Verena Diener (Verts libéraux) et l'Argovienne Christine Egerszegi (PRD), font également partie de ce comité de campagne.

Les cantons se prononcent pour la qualité des soins, l'efficacité économique et la concurrence, principes déjà inscrits dans la LAMal. Les nouvelles dispositions sont peu claires et inutiles, elles mettent en péril le contrôle souverain de l'utilisation des ressources publiques, jugent-ils.

 

 

Y aurait-il comme une bataille de pouvoir pour ces 8 milliards ?

Les cantons s’opposent aux chambres fédérales et au Conseil fédéral.

Ça ne manque pas de sel !

Angela Merkel à Berne: aéroport et fiscalité au menu

La Suisse et l'Allemagne veulent repartir sur une base nouvelle dans leur litige sur l'aéroport de Zurich. Angela Merkel et Pascal Couchepin ont annoncé à Berne une nouvelle campagne de mesure des nuisances sonores endurées par les riverains des deux côtés de la frontière.

Le groupe de travail commun sur ce dossier, qui a fait du surplace depuis deux ans, se remettra à nouveau au travail, ont annoncé la chancelière allemande et le président de la Confédération. Ils s'exprimaient devant la presse à la résidence du Lohn à Kehrsatz (BE).

Composé de représentants de l'Office fédéral de l'aviation civile (OFAC) et du ministère allemand des transports, le groupe de travail devra réaliser une étude qui permettra de comparer les nuisances dans les deux pays sur une base objective. Sur cette base, la Suisse formulera une nouvelle proposition.

Evoquant la question de la fiscalité, objet de frictions entre la Suisse et l'Union européenne (UE), Mme Merkel a relevé que le secret bancaire faisait partie de l'identité helvétique. Elle n'en a pas moins souhaité que le dialogue "s'intensifie" avec la Suisse sur la question des directives européennes en matière de fiscalité de l'épargne.

 

On pourrait relever également que le secret bancaire est en grande partie du à certaines actions d’une Allemagne d’autrefois, la guerrière. Sans les spoliations des avoirs juif par des allemands durant la dernière guerre mondiale, il n’y aurait pas de secret bancaire en Suisse. Maintenant il existe. Il est certain que certains européens en profitent, probablement pour les mêmes raisons qu’à l’époque. Les étrangers déposant leurs biens en Suisse sans le déclarer dans leur pays d’origine sont souvent « victimes » du trop d’impôts, donc d’une forme de spoliation…

 

28/04/2008

Naturalisations par les urnes: la gauche part en guerre

L'octroi du passeport helvétique est une chose trop sérieuse pour que son sort se joue au café du commerce. Forte de cette conviction, la gauche appelle à voter "non" le 1er juin à l'initiative de l'UDC visant à rétablir les naturalisations par les urnes.

"Même Emmen ne veut pas revenir en arrière", a souligné l'association Second@s Plus. La commune lucernoise a dû revoir sa pratique après avoir été remise à l'ordre en 2003 par le Tribunal fédéral. Le rejet des demandes d'un groupe d'étrangers originaires des Balkans était en cause.our le camp rose-vert, la meilleure solution réside dans la désignation de commissions de naturalisation. Elles sont les plus à même de vérifier de manière approfondie si les critères pour devenir suisse, notamment ceux relatifs à l'intégration, sont remplis par les candidats au passeport.La photo et le CV distribués aux citoyens lors de votations ne suffisent pas pour porter un jugement fondé", a estimé le conseiller national Andy Tschümperlin (PS/SZ), par ailleurs ancien président de la commission cantonale de naturalisations. Et d'insister que "le droit de cité n'est pas un lot qu'on gagne dans une fête foraine" 

 

Bravo. Nous avons là une vision de la démocratie extraordinaire, un respect pour ces concitoyens(nnes) exemplaire. Que demande le peuple ? Un verre de pinard au bistrot du coin et basta !!!!!!!!!  Considérer les locaux de vote  comme des  places de fêtes foraines  est insultant pour la démocratie directe. Si la gauche et le PDC ne veulent plus de la démocratie directe, qu'ils lancent une initiative populaire dans ce sens..........

Une fois de plus, comment des électeurs et des électrices peuvent faire confiance à des élus qui eux ne leur font pas confiance !!!!!!

Cela me dépasse !!!!!!

 

Seuls 12% de la population soutien l'attitude de l'UDC

Seuls 12% de la population pensent que les exigences de l'UDC suisse vis-à-vis de la conseillère fédérale Eveline Widmer-Schlumpf sont justifiées. Selon un sondage, 45% jugent l'attitude de la direction du parti "inacceptable" et 28% "exagérée".

En outre, 56% ne croient pas que Mme Widmer-Schlumpf ait menti au sujet de son élection, tandis que 18% sont de l'avis inverse; 26% n'ont pas répondu à cette question. Cette enquête a été réalisée auprès de 1000 personnes entre le 21 et le 24 avril dans toute la Suisse par l'antenne bernoise de la société CBC Marketing Research 

 

Parmi des 85% de gens ayant donné leur avis, combien sont des électeurs de l’UDC ? Quelle question leur a été posée ? Comment ?

Posez la question suivante à ces mêmes sondés :

Pensez-vous que les électeurs(trices) UDC peuvent se sentir déposséder de leur vote aux élections fédérales de 2007 ?

Ou : Est-il légitimes que les électeurs(trices) UDC ne se sentent pas représentés par Madame E. Widmer-Schlumpf ? 

Si ces questions étaient posées, les réponses seraient sans doute bien différentes……

 

Les péages routiers en ville divisent les esprits

L'introduction de péages routiers dans les villes suisses divise les esprits. Par 18 voix contre 17, le Conseil des Etats a biffé ce point du programme de législature.
Deux camps de même force s'opposaient et il a fallu la voix prépondérante du président Christoffel Brändli (UDC/GR) pour trancher. Les péages routiers sont interdits en Suisse actuellement. Mais le "road pricing", pratiqué à Londres ou à Stockholm, est de plus en plus mis en avant comme solution aux embouteillages dans les agglomérations.
Pour sa part, le projet de Hans-Rudolf Merz d'introduire un taux unique de TVA a suscité une première levée de boucliers. Par 19 voix contre 14, les sénateurs ont refusé d'ajouter ce point au programme de législature.
Concernant le plan visant à réduire les prestations de la Confédération de 5,3 milliards d'ici 2020, il n'a pas fait mouche. Par 21 voix contre 8, les sénateurs ont refusé de retirer du programme de législature la mise en oeuvre de l'examen des tâches de la Confédération.
Au rayon politique énergétique, la Chambre des cantons a demandé au Conseil fédéral de préparer la construction d'une à deux centrales nucléaires pour remplacer à temps les sites en fin de vie. Dans la foulée, les sénateurs attendent des décisions d'ici 2010 concernant les emplacements pour enterrer les déchets nucléaires.
Enfin, côté politique étrangère, les sénateurs se sont prononcé pour un accord cadre chapeautant les bilatérales avec l'Union européenne. Par 24 voix contre 6, ils ont en outre soutenu le projet du Conseil fédéral de négocier un accord de libre-échange agricole avec Bruxelles.
Le conseil a par ailleurs rebondi sur la crise des subprimes en demandant au gouvernement de veiller ces quatre prochaines années à une stabilité du système financier. Par 23 voix contre 11, le Conseil des Etats a refusé de préciser d'avance que le rôle de la Banque nationale devrait être revu.

 

Une fois de plus, on prend l’automobiliste comme la vache à lait des finances publiques, le « remède » économique aux folies dépensières des municipalités gauchisées…

Les automobilistes paient déjà des taxes sur l’achat de leur véhicule, paie des taxes sur le carburant nécessaire à faire avancer sa voiture, paie le droit de rouler, paie le droit de stationner (droit qu’on lui restreint de plus en plus par la diminution des places de parking). Qu’on lui foute la paix !!!!!!!!!! Que l’on fasse payer aux écolos l’usage privilégié des routes (voies réservées aux bus), voie « fermées » pour les trams !!!!  Une fois qu’ils paieront autant que les automobilistes, les finances des villes seront tellement saines que l’on pourra construire des routes individuelles !!!!!!!!

 

27/04/2008

Emmenbrücke: une femme blesse grièvement son mari d'un coup de feu

Une femme a tiré sur son mari avec une arme à feu de poing à Emmenbrücke (LU). Grièvement blessé, l'homme de 34 ans a été transporté à l'hôpital. Son épouse âgée de 31 ans a été placée en détention préventive.

Les faits se sont apparement produits dans le cadre d'une dispute, indique la police lucernoise. La trentenaire avait elle-même alerté la police suite à son acte. Le préfet de Hochdorf a été chargé de l'enquête.

Les deux enfants du couple, âgés de 6 et 9 ans, étaient présents dans l'appartement familial au moment du drame. La police les a pris en charge après les faits et confiés à des membres proches de la famille.

 

 

On pourrait penser qu’il ne s’agit pas là d’une arme militaire. C’est gênant pour les propagandistes « anti armes à la maison »…! De plus, c’est une femme qui s’est servie de l’arme….