02/06/2008

Intégration des étrangers: le Conseil des Etats veut un plan

Le Conseil des Etats réclame un plan d'action national en faveur de l'intégration des étrangers. Contre l'avis du Conseil fédéral, il a transmis par 26 voix contre 5 une motion du National en ce sens.


Le concept d'intégration est sur toutes les lèvres, mais le danger existe qu'il ne se transforme en coquille vide, a plaidé Liliane Maury Pasquier (PS/GE). La motion permettra de renforcer les mesures concrètes en faveur de l'intégration, a-t-elle ajouté.

Le plan national que la Confédération devra mettre sur pied avec les cantons se fonde sur quatre principes. Le texte réclame une convention d'intégration dès la première heure, des mesures pour garantir l'égalité des chances en matière de formation, notamment par des cours de langues, l'encouragement de l'intégration au sein d'associations et une gestion centralisée de la politique d'intégration à l'échelon de la Confédération.

Ce plan d'action est superflu car beaucoup de choses ont été mises en place depuis le dépôt de la motion en 2006, a vainement relevé Eveline Widmer-Schlumpf. La Confédération travaille déjà avec les cantons en matière d'intégration et la nouvelle loi sur les étrangers prévoit des mesures pour favoriser l'adaptation.

 

Nos politiciens ont tout faux !  Ce n’est pas à la confédération et/ou aux cantons à proposer des moyens d’intégration, à garantir l’égalité des chances etc....

Ceci n’est qu’un moyen de plus pour dépenser inutilement de l’argent public, celui du contribuable !

L’intégration est un effort qui doit être fait par l’immigrant. C’est à lui de supporter le coût de son installation en Suisse. Ce n’est pas aux habitants de payer les charges créées par les nouveaux venus !

 

Les commentaires sont fermés.