18/06/2008

Droits de l'homme: le Conseil n'a condamné que la Birmanie

La Birmanie a été le seul pays à être condamné, au terme de la huitième session du Conseil des droits de l'homme. Deux ans exactement après l'inauguration du Conseil, son président et la Haut Commissaire de l'ONU ont toutefois défendu ses acquis.


Le texte présenté par l'Union européenne condamne les "violations systématiques" des droits de l'homme en Birmanie. Il demande le libre accès de toutes les organisations humanitaires aux victimes du cyclone Nargis.

Le Conseil a également adopté par acclamations un nouveau traité, le protocole facultatif au Pacte de l'ONU sur les droits économiques, sociaux et culturels, après plusieurs années de négociations.Le protocole prévoit que des communications peuvent être présentées par des particuliers ou des groupes de particuliers sur des violations de leurs droits économiques, sociaux et culturels.

Lors d'une rencontre avec la presse avant la fin de son mandat le 30 juin, la Haut Commissaire de l'ONU Louise Arbour a regretté de son côté le désengagement des Etats-Unis du Conseil. Elle a défendu la réforme intervenue ces deux dernières années et le remplacement de la Commission par le Conseil à Genève, en particulier la création de l'examen périodique universel.

Un nouveau président du Conseil, désigné la semaine dernière par le groupe africain, l'ambassadeur du Nigéria Martin Ihoeghian Uhomoibhi, doit être élu jeudi au début de la neuvième session.

 

 

Ce résultat qui ne satisfait que ceux qui l’ont produit  et ne fait que confirmer l’immense foutaise qu’est l’ONU. Combien de fonctionnaires internationaux sont grassement payés pour sortir des rapports aussi inutiles que celui-ci ? Comment nos politiciens font-ils pour ne pas comprendre que c’est un gaspillage monumental d’argent ? Devrait-on se demander s’ils en profitent aussi ?

 

19:01 Publié dans Monde | Tags : onu, droit de l'homme | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.