19/06/2008

Une nouvelle UDC grisonne demande son admission au parti suisse

Suite au bannissement de la ministre Eveline Widmer-Schlumpf par son parti, deux "UDC" cohabitent désormais aux Grisons: l'ancienne section, exclue de l'UDC Suisse et rebaptisée "Bürgerliche Partei Schweiz", et la nouvelle section fidèle au parti national, fondée ce jeudi.


La création de cette nouvelle section fait suite à la scission consommée lundi dernier avec la constitution du BPS. Son comité fondateur a déposé aujourd'hui une requête d'admission auprès de l'UDC Suisse. Pour lui, il ne fait aucun doute qu'elle sera acceptée par les délégués le 5 juillet prochain, lors de l'assemblée à Brigue (VS).

Pour l'heure, la nouvelle UDC ne peut compter sur aucun soutien de politicien influent. Les conseillers nationaux Brigitta Gadient et Hansjörg Hassler ont décidé de rester fidèles à l'ancienne UDC, le "Bürgerliche Partei". Mais l'adhésion des Jeunes UDC des Grisons est déjà une affaire entendue, a indiqué le président de la nouvelle section, Jon Peider Lemm.

Par ailleurs, deux sections locales ou régionales (Rhäzuns et Domat/Ems) ont indiqué vouloir changer de camp. Trois autres (Maienfeld, Davos et St-Moritz) en discutent. L'objectif est de former des sections locales dans toutes les régions du canton, avait expliqué M. Lemm la semaine dernière. Il estime qu'entre 40 et 50% des 3500 membres de l'ancienne UDC grisonne rejoindront la nouvelle section.

La nouvelle section de l'UDC aux Grisons devrait tenir sa première assemblée des délégués cet automne. Son programme en dix points, présenté la semaine dernière, ne diverge pas fondamentalement de celui de l'ancienne UDC grisonne.

Si le rapport de forces est actuellement plus favorable à l'ancienne UDC qu'à la nouvelle aux Grisons, l'émergence du nouveau "Parti bourgeois" ("Bürgerliche Partei") pourrait faire perdre tout au plus 1 à 3% de voix à l'UDC Suisse, estime le politologue genevois Pascal Sciarini.

 

Si par hasard la nouvelle UDC, fidèle à l’aile Zurichoise, devenait très vite plus importante que la section grisonne et fondatrice du nouveau Parti Bourgeois Suisse, ce serait un terrible désaveu autant pour la conseillère fédérale que pour la direction de l’ancienne UDC Grisonne. La jeunesse UDC, donc l’avenir du parti, ayant apparemment déjà fait son choix, ce scénario est loin d’être utopique.

Cela voudrait surtout dire que les électeurs de l’UDC ne seraient vraiment pas représentés au sein du Conseil Fédéral.

 

Les commentaires sont fermés.