20/06/2008

Le SSP critique les nouveaux tarifs des hôpitaux

Le Syndicat suisse des services publics (SSP) a vivement protesté devant la presse contre la volonté des assureurs maladie de rembourser les prestations hospitalières sur la base du canton le meilleur marché, à savoir le Valais. Les intéressés contestent.


On ne saurait prendre pour base les coûts en Valais, à Neuchâtel ou au Tessin et les appliquer dans la région zurichoise ou à Zoug, selon le SSP. En Valais, un appartement coûte 80% de la moyenne suisse, à Zoug 133%. A Zurich, le salaire moyen est 26% plus élevé qu'au Tessin, a souligné Daniel Lampart, économiste en chef à l'Union syndicale suisse.

Le syndicat demande aux caisses de reconnaître le droit à des salaires usuels pour la branche et le lieu en question. A Zoug précisément, un conflit menace: les assureurs ont refusé de conclure une convention avec les hôpitaux de ce canton. Ils veulent imposer une baisse des tarifs, en se basant sur des valeurs légèrement supérieures à celles du Valais.

Santésuisse conteste et juge la démarche du SSP "inopportune". Le forfait par diagnostic est appliqué dans tous les cantons romands sauf Fribourg, et les salaires ne sont pas à la baisse. Au contraire, ils ont plutôt augmenté, selon l'organe faîtier des caisses maladie.

 

 

Ne serait-il pas plus simple de « défédéraliser » les assurances maladies et laisser chaque canton décider de ce qui est bon pour lui et pour ses contribuables ? Visiblement, depuis la LAMAL de Ruth Dreyfuss et les versions ultérieures sous Pascal Couchepin ce ne sont que des échecs retentissants.  

 

Les commentaires sont fermés.