22/06/2008

L'ATE lance l'initiative "pour davantage de transports publics"

Les délégués de l'Association transports et environnement (ATE) ont comme attendu accepté à l'unanimité à Soleure le lancement de l'initiative populaire "pour davantage de transports publics". Le texte inscrit l'encouragement des transports publics dans la Constitution.


Outre le développement de ces derniers, l'ATE veut réaliser les projets ferroviaires repoussés (ZEB II), ainsi que les transports publics d'agglomération et le trafic régional, indique-t-elle. Dans ce but, la Constitution doit être complétée: "la Confédération et les cantons encouragent dans l'ensemble du pays les transports publics sur le rail et sur la route ainsi que le transports des marchandises de la route au rail".

Deuxième point, les taxes sur les carburants obligatoirement affectées sont réparties différemment: la moitié du produit de l'imposition sur les huiles minérales est utilisée pour les routes, l'autre moitié pour les transports publics. Actuellement, cette proportion est de 75% pour les routes et 25% pour le rail.

Ainsi, les deux modes de déplacement les plus importants en Suisse seront enfin traités à égalité, écrit l'ATE. Il sera possible de financer une politique des transports qui tient compte de la protection du climat et de l'environnement, tout en garantissant les besoins en mobilité de la population. La récolte des signatures débutera au plus tard en mars 2009.

L’ATE a raison de demander une affectation différente des contributions de l’automobiliste au budget des transports. Il n’y a plus de raison que le citoyen automobiliste continue à subventionner les transports publics. La totalité des impôts payés par le secteur automobile doit aller à la route !

Au nom de quoi, le contribuable utilisateur de transports en communs devrait-il être subventionné  par le contribuable automobiliste ?

Où est l’égalité de traitement décrite par l’ATE si le financement n’est à charge que d’une seule partie ?

 

 

 

Les commentaires sont fermés.