02/07/2008

Jeunes UDC pour le référendum contre la libre circulation

Les jeunes UDC suisses ont décidé de s'associer au référendum contre la libre circulation des personnes. Ils prennent ainsi le contre-pied de la direction de l'UDC suisse, qui vient de se prononcer contre un tel référendum.


La décision de récolter des signatures contre le paquet "non démocratique" adopté par le Parlement sur la libre circulation a été prise avec une seule voix contraire, ont indiqué mardi soir les jeunes UDC dans un communiqué. Leur objectif est de rassembler au moins 20.000 paraphes, en collaboration avec Youg4Fun, l'Association des jeunes pour l'indépendance de la Suisse.

Cela devrait permettre, avec le concours des autres groupements s'opposant à la libre circulation (Démocrates suisses, Lega et ASIN notamment), d'atteindre les 50.000 signatures nécessaires d'ici au 2 octobre, selon les jeunes UDC.

Ces derniers exhortent l'assemblée des délégués du parti national à se prononcer également en faveur du référendum. Cette dernière doit trancher le 5 juillet.

Les jeunes UDC jugent non démocratique la décision du Parlement de soumettre au peuple en un seul vote la prolongation de la libre circulation ainsi que son extention à la Roumanie et à la Bulgarie. Ils estiment que cette dernière mesure en particulier provoquera une immigration massive et incontrôlée. Ils évoquent également la concurrence pour les entreprises suisses.

Les jeunes UDC suisses seraient-ils plus démocrates que les « anciens » ?

Ils ont raison sur un point, les chambres ont faussé le débat en liant le renouvellement de la libre circulation et son extension. En cas de succès –probable- de la récolte des signatures, les démocrates de notre pays seront devant un dilemme. S’ils acceptent la loi telle qu’elle est présentée, ils admettront que la démocratie soit mise en veilleuse. Ils accepteront de fait d’abandonner une partie de la souveraineté du peuple. S’ils la refusent, au lieu que l’Europe ait un problème avec les bilatérales, nous aurons ce problème !!

Les manipulations voulues par les parlementaires sont dangereuses, elles risquent une fois ou l’autre d’être rejetées et à ce moment, la crise sera très grave ! On ne joue pas avec la démocratie. L’UE en fait l’expérience ces dernières années. A force de ne pas vérifier auprès des peuples qu’elle va dans le juste chemin, elle s’enferme dans des problèmes insolubles.

Que nos politiciens en tirent les leçons.

 

 

Les commentaires sont fermés.