03/07/2008

Course d'école du CF: culture et sciences étaient au programme

Culture, sciences et gastronomie ont jalonné la première journée de l'excursion annuelle du Conseil fédéral. Les sept sages ont notamment bénéficié à l'EPFL d'une démonstration de "Blue Brain", ambitieux projet de simulation du fonctionnement du cerveau.


Les ministres sont arrivés sur le campus souriants et détendus. Ils sortaient d'un repas gastronomique signé Philippe Rochat, servi au Château de Vuillerens. La matinée, elle, était culturelle.

Les conseillers fédéraux ont en effet visité à Olten l'exposition "Art de l'âge de la pierre-anciennes cultures de Roumanie". Ils ont ensuite rejoint Zurich, où ils ont parcouru "Familles-tout reste, pourtant tout change" au Musée national suisse. St-Prex et l'atelier de l'artiste Pietro Sarto ont constitué l'étape suivante de cette course d'école.

Le programme de la journée s'est achevé à Saint-Saphorin, au coeur de Lavaux, par un souper au Domaine des Faverges en compagnie des gouvernements vaudois et fribourgeois. Après une nuit passée à Vevey, le collège gouvernemental devait prendre tôt vendredi le bateau à La Tour-de-Peilz pour gagner le Valais.

A l'EPFL, accueillis par le président de l'établissement Patrick Aebischer et le syndic de Lausanne Daniel Brélaz, les ministres ont rapidement posé pour les photographes. Ils ont ensuite assisté à une démonstration du Professeur Henry Markram, spécialiste en électrophysiologie du cerveau.

Le chercheur est parvenu à modéliser informatiquement le fonctionnement d'une "colonne de neurones". Il travaille maintenant à reproduire les connexions de plusieurs colonnes entre elles pour reproduire le fonctionnement du cerveau. Un tel modèle permet par exemple de tester plus aisément des hypothèses thérapeutiques.

Voyons le côté positif de cette course d’école, le montant alloué à la recherche va certainement être revu à la hausse. Si on considère que les maladies dégénératives du cerveau sont sans doute les plus difficiles à supporter (particulièrement par les proches) et l’âge moyen de nos Conseillers Fédéraux, on peut imaginer qu’ils se sentent concernés par la recherche sur les solutions à apporter à ces maladies et penseront à mieux doter les chercheurs dans ces domaines.

 

 

Les commentaires sont fermés.