07/07/2008

70 militaires attaqués par des tiques - pas d'enquête

Septante militaires sont concernés par des attaques de tiques survenues la semaine dernière lors d'un exercice de bivouac dans une forêt près d'Ossingen (ZH). Au départ, il était question de 48 soldats. Trois doivent prendre des antibiotiques à titre préventif.


De légères rougeurs sont apparues sur la peau des trois hommes. Comme il s'agit d'un signe précurseur de la borréliose, qui peut être transmise par les tiques, ces trois soldats sont traités préventivement avec des antibiotiques, ce qui ne les empêchera pas de poursuivre leur cours de répétition, a indiqué le porte-parole de l'armée Christoph Brunner.

Aucune enquête disciplinaire ne sera par ailleurs ouverte, selon M. Brunner. Le commandant a analysé correctement - avec un médecin et un forestier - le risque avant l'exercice. Il a aussi ordonné des mesures prophylactiques comme de porter des vêtements fermés et d'utiliser des insecticides, a rappelé le porte-parole.

Et voilà !!! Notre armée se cherchait un ennemi depuis la chute du mur de Berlin. Pour une fois qu’elle en trouve un  qui de plus, a attaqué en premier, sans menace préalable, sans préavis, tel un sournois terroriste. Eh bien notre armée ne va rien faire. Pas la moindre déforestation, pas d’utilisation de nos hélicoptères pour un épandage « d’insectitiques » (L’utilisation d’insecticides serait assimilable à une punition collective interdite par la convention de Genève), rien, pas de réaction si ce n’est la prise en charge des blessés. Notre ministre Samuel Schmid, depuis qu’il ne représente plus que 1.8% des suffrages –l’autre moitié des 3,6%  appartenant a Evelyne Widmer-Schlumpf- n’a pas jugé utile de s’adresser à la population. Notre président en voyage de soutien à Roger Federer n’a, lui non plus, pas daigné nous expliquer la non réponse de notre armée à cette agression !

 

 

20:24 Publié dans Armée | Tags : ennemi, guerre, spa | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.