08/07/2008

UBS poursuivie par le fisc aux Etats-Unis, au bénéfice de crédit d'impôts en Suisse

En période de crise, la socialisation des pertes fonctionne bien


La crise financière n'en finit pas d'enrichir notre vocabulaire. Après les crédits subprime, la titrisation, les fonds souverains, les «monoliners», voici donc les crédits d'impôt. La plupart des contribuables en ont appris l'existence en lisant leur journal samedi dernier. Ils ont au mieux compris que ces crédits, estimés à trois milliards de francs et dûment activables, allaient permettre à UBS d'approcher, voire de retrouver, les chiffres noirs au deuxième semestre de l'année en cours; il n'est pas sûr que cela suffira à consoler la banque de ses déboires américains (DP 1785).

 

Article complet sur : http://www.domainepublic.ch/files/articles/html/9882.shtml

 

Les commentaires étant fermés sur le blog de domainePublic je réponds de cette manière à Madame Yvette Jaggi.

 

Vous faites preuve d'une mauvaise foi plus qu'évidente dans ce cas précis. Vous savez pertinemment que l'UBS ne bénéfice pas d'une remise ou d'une réduction fiscale, mais simplement d'un échelonnement comme la plupart des gens peuvent en obtenir s'ils le demandent aux autorités fiscales.  Vous ne pouvez pas réellement reprocher à l'UBS de devoir payer moins d'impôts lorsqu'elle réalise moins de profits et demander plus d'impôts lorsqu'elle améliore ses bénéfices! 

 

Les commentaires sont fermés.