20/08/2008

Affaire Nef: le CF accepte la démission de l'ex-chef de l'armée

L'affaire Nef a trouvé son épilogue devant le Conseil fédéral, qui a accepté sans surprise la démission du chef de l'armée, avec une indemnité de 275'000 francs. Malgré les appels des Verts et de l'UDC, le Conseil fédéral continue de défendre Samuel Schmid.


En plus de son indemnité, Roland Nef percevra son salaire jusqu'à fin février, même s'il n'occupe plus aucune fonction. Son suppléant André Blattmann, 52 ans, assurera l'intérim jusqu'à l'entrée en service de son successeur le 1er janvier. Pascal Couchepin a jugé "convenable" l'indemnité versée à l'ex-chef de l'armée, dont le contrat de travail a été résilié par le gouvernement d'un commun accord avec un délai de six mois.

Cette indemnité correspond aux mérites et aux circonstances du départ de Roland Nef, a précisé le président de la Confédération. L'indemnité reste en revanche en travers de la gorge des Verts. "Dans une situation semblable, un employé aurait dû quitter son travail sans délai et surtout sans indemnité". Le PS déplore également le principe comme l'ampleur de l'indemnité.

Ceux qui espéraient que l'affaire Nef allait conduire à de grosses réformes peuvent déchanter. Le gouvernement est arrivé à la conclusion qu'il n'y a pas de raison de changer de cap.

Peu convaincus, les écologistes demandent la tenue d'un débat extraordinaire sur l'armée, qu'ils jugent en crise, lors de la session d'automne du Parlement. Cette demande rencontre un écho auprès de l'UDC, mais est refusée par le PDC tandis que le PRD doit encore se prononcer.

Pour parer aux attaques de l'UDC et des Verts, le PS fait des appels du pied au PRD et au PDC afin d'éviter les blocages sur les prochaines réformes de l'armée. Le PS a invité les deux formations bourgeoises à une table ronde. Pour l'heure, ces dernières s'interrogent sur cette volonté de rapprochement.

Le CF se moque de nous. Soit Roland NEF a donné sa démission et il n’y a aucune raison pour qu’il touche la moindre indemnité, soit le CF l’a licencié. Si c’est le cas, soit le CF avait de bons motifs pour le faire et il n’y a toujours pas d’indemnités à verser, soit il n’y a pas de bons motifs pour le limoger et dans ce cas, pourquoi le mettre à la porte !!

 

En aucun cas le contribuable ne devrait avoir à payer le moindre sou pour ce monsieur !

 

Les Conseillers fédéraux n’ont qu’à prendre à leur charge les indemnités qu’il a accordées indûment ! Les contribuables ne sont pas là pour payer les dégâts engendrés par des décisions de Samuel Schmid et ses collègues.

 

 

20:44 Publié dans Armée | Tags : cf, udc, ps, prd, pdc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.