06/09/2008

Santésuisse veut supprimer le libre choix de l'hôpital

Le directeur de santésuisse, Stefan Kaufmann, veut élargir le principe des réseaux de médecins de famille aux hôpitaux. Les patients n'auraient ainsi plus la possibilité de choisir dans quel établissement ils désirent se faire soigner.


Afin de réduire les coûts de la santé, Stefan Kaufmann propose aux assurés de pouvoir choisir entre deux systèmes d'assurance de base. Le premier modèle laisserait le libre du choix du médecin et le deuxième, meilleur marché, intégrerait le patient dans un réseau incluant médecins et hôpitaux.

Dans une interview publiée vendredi par la "Basler Zeitung", le directeur de santésuisse précise que le premier modèle impliquerait une augmentation des franchises et des primes. Dans un système de réseau, les assureurs choisiraient auprès de quels médecins ou hôpitaux leurs patients pourraient être soignés.

Stefan Kaufmann est par ailleurs convaincu que la fin du gel de l'ouverture de cabinets médicaux en Suisse ne provoquerait aucun afflux soudain de nouveaux médecins.
 

 Santésuisse et Monsieur Kaufmann voudraient que les assurés ne puissent plus choisir librement leur hôpital. Dans le but, louable, de baisser les coûts de la santé.

Dans le même but, ne pourrions nous pas imaginer la dissolution de Santésuisse, cet organisme financé par les assurés (leur a-t-on demandé leur accord ?) s’apparente à un syndicat assurant la défense d’un cartel. Il s’agit d’une association d’entreprises sensées être des concurrentes ! Nous ne connaissons pas le coût de cette association qui est financée par les assurés. Les assurés ont-ils vraiment besoin de financer Santésuisse ? Qu’en pensent les partis gouvernementaux ?

 

Commentaires

Dans le même but, ne pourrions nous pas aussi, une bonne fois pour toutes, dissoudre la LAMAL ?

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 06/09/2008

C'est clair que cet organisme qu'est SantéSuisse n'a aucune légitimité ... il n'est pas du tout élu par le souverain, c'est a se demander pourquoi nos hommes politiques acceptent de leur donner autant de poids ... probablement à cause des jetons de présences à leur conseil d'administration ?

Bref, c'est un scandale monstrueux, mais comme le petit peuple suisse éprouve encore plus de méfiance envers un organisme centralisé public tel qu'aurait pu l'être la caisse unique, il continuera de se faire tondre par un cartel de caisse privée, sans pouvoir donner le moins du monde avoir un quelquonque poids dans les processus décisionnel !

Écrit par : Dji | 06/09/2008

Les commentaires sont fermés.