17/09/2008

Assurances: la Fed apporte une aide inédite de 85 milliards à AIG

La banque centrale américaine, inflexible dimanche devant les difficultés de Lehman Brothers, a opéré mardi un virage à 180 degrés. Elle a décidé d'apporter une aide inédite de 85 milliards de dollars à l'assureur AIG pour éviter une crise financière planétaire.


La Réserve fédérale s'est résolue à prêter elle-même les sommes nécessaires à AIG alors que l'ex-numéro un mondial de l'assurance ne disposait plus que de quelques heures avant de devoir déposer son bilan. L'Etat américain recevra en échange 79,9% de son capital, a annoncé la Fed.

Les actionnaires actuels se retrouveront réduits à la portion congrue à l'issue de cette quasi-nationalisation. L'ensemble des actifs d'AIG, qui se montaient à 1050 milliards de dollars à la fin juin, seront apportés comme garantie à la banque centrale.

Avec cet argent, l'assureur pourra faire face à ses obligations qui avaient gonflé depuis que les grandes agences de notation avaient dégradé sa note lundi. Il pourra vendre certains actifs tranquillement sans avoir à les brader.

Dans un premier temps, la banque centrale avait demandé aux banques Goldman Sachs et JPMorgan de syndiquer les vastes sommes nécessaires à l'ex-numéro un mondial de l'assurance pour faire face à ses obligations urgentes.

Mais la Fed avait été contrainte de s'engager davantage après un nouveau plongeon du titre AIG en bourse, qui a effrayé les banques contactées.

La Fed et le Trésor ont jugé qu'une faillite d'AIG était susceptible de provoquer des défaillances en cascades dans la finance mondiale.

Basé à New York, AIG compte 74 millions de clients dans le monde, en majeure partie américains. La société emploie 116'000 personnes dans 130 pays.

Alors que la Réserve Fédérale américaine (Fed) a sauvé le groupe américain AIG en lui prêtant 85 milliards de USD, la bourse, elle, a décidé que cette compagnie d’assurance ne valait pratiquement plus rien !

AIG a du « donner » presque 80% de ses actions contre le crédit accordé par la Fed.  En remerciement, le marché a immédiatement diminué par deux la valeur des titres…….

 

 

19:33 Publié dans Economie | Tags : bourse, usa, spéculation, crise | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.