18/09/2008

Défense: Christophe Keckeis souhaite des accords avec l'UE

Des accords bilatéraux avec l'Union européenne (UE) en matière de défense: c'est le pavé jeté dans la mare par l'ancien chef de l'armée Christophe Keckeis. Pour le jeune retraité, ce serait "une piste tout-à-fait raisonnable et payante".


"J'aimerais qu'on discute de politique de sécurité dans ce pays et pas de l'affaire Nef ou d'un soldat qui a mal aux pieds dans telle ou telle caserne", a-t-il indiqué. M. Keckeis plaide pour une discussion sereine qui dépasse le niveau des "petites affaires".

Débat parlementaire paralysé par l'UDC, "trend" descendant des budgets militaires, "l'armée ne peut plus faire son travail", déplore-t-il. Il s'agit donc de "tout mettre sur la table, y compris le fait qu'on ne peut plus faire tout tout seul. Il est préférable de s'y préparer avant qu'il y ait une guerre".

"Ce qui m'intéresse dans l'UE, c'est qu'elle a un concept de défense", poursuit Christophe Keckeis. La solution la plus simple pour la Suisse serait de trouver "une passerelle intelligente pour entrer à petits pas" dans cette Politique européenne de sécurité et de défense.

"Pour rester neutres, forts et exclusifs, il faudrait 4,8 milliards de francs par année, or on en est à 3,6. Nous sommes les plus faibles en Europe en termes de pourcentages de PIB investis dans la sécurité du pays, c'est la honte", estime l'ancien chef de l'armée.

La tendance à la baisse des moyens consacrés à l'armée est appelée à se poursuivre "pour autant que l'on continue à avoir la paix en Europe".

 

Il est dommage que Christophe Keckeis ne soit plus au soumis au devoir de réserve qu’il respectait lorsqu’il était aux commandes ! A cette époque, il n’a jamais proposé une « alliance » avec l’Europe. Maintenant qu’il est retraité, il devrait profité de se reposer au lieu de se mêler de ce qui ne le regarde plus que comme citoyen.

D’autre part, il est étonnant que C. Keckeis ne se souvienne pas que l’UE n’ayant pas de politique étrangère commune a par la force des choses de la difficulté à avoir une défense commune et efficace. Monsieur Keckeis semblait particulièrement intéressé par la France. Il devrait lire l'article de Jean Duroy paru dans le Marianne No 595 du 13 au 19 septembre 2008. Il changera sûrement d'avis.

Je suis également surpris que C. Keckeis propose une nouvelle doctrine pour l’armée qui nous ferait compter sur les autres pays pour nous défendre alors que tout le monde sait qu’en cas de grosses difficultés, chacun reste chez soi et se calfeutre.

 

 

 

 

23:19 Publié dans Armée | Tags : ue, politique, armée, ps, pdc, prd, udc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.