01/10/2008

Prix de l'électricité: la gauche dénonce la libéralisation

Le Parlement a croisé le fer sur les responsabilités dans la hausse des prix de l'électricité et les remèdes à apporter. La gauche a dénoncé la libéralisation, alors que l'UDC a prôné davantage de concurrence et le PRD de nouvelles centrales.


Même s'ils ont tous fait part de leurs préoccupations lors du débat urgent devant le Conseil national, les partis divergent sur les causes. Tant le camp rose-vert que l'UDC ont pointé du doigt l'ouverture du marché, mais ils en tirent des conclusions diamétralement opposées. Si le premier estime qu'on est allé déjà trop loin, la seconde juge que la situation actuelle plaide en faveur d'une accélération.

Le maintien d'une situation de monopole et de la régulation est à l'origine de l'augmentation des prix du courant, a rétorqué Sylvia Flückiger. Comme plusieurs orateurs de droite, l'UDC argovienne s'en est aussi prise aux prélèvements visant à développer les énergies renouvelables.

Moritz Leuenberger a renvoyé dos à dos les détracteurs de la libéralisation. Aussi longtemps que la commission de l'électricité (Elcom) ne s'est pas penchée sur la problématique, il n'y a pas lieu à ses yeux de revenir sur la loi adoptée par le Parlement.

Quatre facteurs contribuent à la crise: les tensions sur le front de l'offre énergétique, la hausse des taxes de concession perçues par les communes, des surcoûts liés à l'utilisation du réseau et la promotion des énergies vertes. Or, seuls les deux derniers éléments ont un lien avec la libéralisation, a fait valoir le ministre de l'énergie.

A terme, le PRD n'a pas caché qu'il préfère miser sur la production indigène pour garantir l'indépendance énergétique de la Suisse, avec à la clé la construction de grandes centrales supplémentaires, y compris nucléaires. Il s'agit du moyen le plus approprié pour que, malgré la hausse, la facture des consommateurs reste moins salée en Suisse qu'à l'étranger, selon ses représentants.

Nos politiciens ne devraient pas oublier que partout où la libéralisation a eu lieu, les coûts n’ont fait qu’augmenter. Les clients étant captifs et individuellement trop faible pour faire vraiment jouer la concurrence, les prix ne feront que monter !

 

 

19:31 Publié dans Economie | Tags : gauche, droite, ps, pdc, prd, udc | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.