06/10/2008

MARCHE/Les Bourses mondiales s'effondrent, asphyxiées par la crise

Les Bourses mondiales s'effondraient lundi, les places européennes connaissant notamment une dégringolade historique, paniquées par l'aggravation de la crise financière.


Paris a ainsi connu la plus forte baisse depuis la création de son indice CAC 40 avec un recul de 9,04%. Londres a chuté de 7,85%, Francfort de 7,07%, Zurich de 6,12%.

Vers 16h15 GMT (18h15 HEC), le DJIA, principal indice de la Bourse de New York perdait 4,62%.

Sur les autres places européennes, les dégâts étaient aussi considérables, voire pires: Copenhague a dégringolé de 11,06%, Dublin de 9,91%, Lisbonne de 9,86%, Amsterdam de 9,14%, Milan de 8,24%, Vienne de 8,22%, Stockholm de 7,24%, Zurich de 6,12%, Madrid de 6,06%...

Au Brésil, les cotations ont été suspendues automatiquement alors que la Bourse perdait plus de 10%, avant de reprendre après une heure d'interruption. L'indice Bovespa abandonnait 10,84% vers 16h15 GMT, alors que Toronto au Canada reculait de 5,79% et Mexico de 6,72%.

L'indice RTS de la Bourse de Moscou a pour sa part clôturé sur une baisse record de 19%, soit sa plus forte chute sur une séance.

La journée avait déjà mal commencé en Asie avec un recul de 4,25% à Tokyo, 4,97% à Hong Kong, et plus de 10% à Djakarta.

Les marchés boursiers ont succombé à la panique en raison de l'accumulation de mauvaises nouvelles sur les banques européennes, dont plusieurs semblent au bord de la faillite et se tournent vers les pouvoirs publics pour se renflouer.

Le président français Nicolas Sarkozy, président en exercice de l'Union européenne, a bien tenté de rassurer les marchés européens en affirmant que "les gouvernements des 27 pays de l'UE" sont "unis, solidaires et déterminés" face à la crise. "Chacun d'entre nous prendra toutes mesures nécessaires pour assurer la stabilité du système financier", a-t-il dit.

"Tous les dirigeants de l*Union Européenne déclarent que chacun d'entre eux prendra toutes les mesures nécessaires pour assurer la stabilité du système financier, que ce soit par l'injection de liquidités en provenance des banques centrales, par des mesures ciblées sur certaines banques ou par des dispositifs renforcés de protection des dépôts", a déclaré M. Sarkozy.

Les inquiétudes sur la situation dans les pays de l'UE provoquaient une forte chute de l'euro qui est tombé sous la barre des 1,35 dollars, soit son plus bas niveau depuis août 2007.

Si il est incontestable que les marchés boursiers sont à la baisse, il n’est pas juste de parler de panique. Il est important de rappeler que tout au long de la journée, il y a des échanges et que ceux-ci ne sont possibles que lorsque nous trouvons des acheteurs et des vendeurs…

Il est tout aussi important de ne pas oublier que la baisse peut se nourrir d’elle-même. En effet, les actions mises en garanties d’un prêt seront vendues dès que le taux de couverture deviendra insuffisant, entraînant une nouvelle baisse du titre forçant de nouvelles ventes…….

Les fonds de placements sont également obligés d’alléger leurs positions à chaque demande de remboursement de part.

En fait une part du problème vient des règles fixées par les régulateurs pour éviter la situation actuelle ! Les règles de prudence dictées par les instances étatiques ne sont valables qu’en temps de situation normale. Par gros temps, ces règles ne font qu’accentuer les problèmes et pourraient même créer la faillite du système. Pour l’instant les banques centrales arrivent à maintenir tout le monde à flot. Le pourront-elles encore longtemps ?

 

 

Les commentaires sont fermés.