08/10/2008

Crise financière: la thérapie surprise de choc par 7 Banques centrales

Sept banques centrales dont la BCE et la Fed ont frappé un grand coup mercredi en abaissant de manière simultanée et inattendue leurs taux directeurs, alors que la crise financière enfle et menace de plus en plus la croissance.


La Banque centrale européenne (BCE), la Réserve fédérale américaine (Fed) et leurs homologues suédoise, britannique, canadienne et suisse ont toutes baissé leurs taux respectifs d'un demi-point de manière concertée. Et au même moment, la Chine a aussi annoncé une baisse des taux des prêts à un an.

Autant de mesures qui n'ont apporté qu'un très court répit aux Bourses mondiales, qui ont continué leur dégringolade mercredi. A la clôture, les places européennes étaient nettement dans le rouge: Londres chutant de 5,18%, Francfort de 5,88% et Paris de 6,39%.

(....................)

Et pour nombre d'économistes, l'action des banques centrales n'est pas un remède miracle. L'action coordonnée "va améliorer la confiance de manière temporaire, mais il y a encore beaucoup de travail", pour Julian Jessop de Capital Economics. Il s'attend à ce que la mesure prise mercredi soit "la première d'une longue série".

Ces derniers temps, le crédit s'est raréfié, en raison d'un climat de méfiance extrême lié aux difficultés des banques.

Hypo Real Estate en Allemagne, UniCredit en Italie, UBS en Suisse... La liste des établissements dans la tourmente ne cesse de s'allonger, et les Etats volent à leur secours. Mercredi, c'est le Royaume-Uni qui a annoncé un plan de sauvetage de ses banques, tandis que l'Italie prépare "des mesures d'urgence".

Les banques centrales, sans doute sous une très forte pression des politiques, se sont résolues à baisser les taux d’intérêts. C’est dommage de le faire maintenant. Le grand problème actuel n’est pas tellement le coût de l’argent, mais plutôt le manque d’argent. (En fait le manque de confiance que les prêteurs accordent aux emprunteurs). Le seul point positif, c’est que les entreprises de l’économie dite réelle auront l’occasion de profiter de crédit un peu meilleur marché. Il faut simplement que les prêteurs se rendent compte (cela na va pas tarder) que les entreprises sont pour la plupart des « bons » risques et donc susceptibles d’avoir du crédit.

En ce qui concerne les bourses, les investisseurs (les vrais, ceux qui ont de l’argent, pas les traders) vont se rendre compte très prochainement des opportunités d’achats d’actions à des prix défiants toutes concurrences. Dès ce moment les marchés boursiers remonteront….

 

 

18:53 Publié dans Bourse, Economie, Finances | Tags : bns, fed, bce, banques | Lien permanent | Commentaires (2)

Commentaires

Pour faire face à la crise financière internationale:

Faites appel à Cheminade!!!

Depuis 1995, Jacques Cheminade l'avait dit!!! Aujourd'hui Jacques Cheminade propose ses solutions!!!

Vite demander un VRAI nouveau Bretton woods!!!

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Écrit par : David C. | 09/10/2008

Crise de liquidités entre les banques.
Pourquoi est-ce que les banques doivent forcément se prêter de l'argent entre-elles?
Est-ce que ce n'est pas un forme du "jeu de l'avion" puisque les banques ne cherchent pas un utilisateur final(comme un entrepreneur désireux de monter un business ou une personne désirant acheter un bien immobilier.

Écrit par : olivier | 09/10/2008

Les commentaires sont fermés.