20/10/2008

Crise financière/CH: l'UDC met en question part bénéfice de la BNS aux cantons

L'UDC veut renforcer la Banque nationale suisse sur le dos des cantons. Dans une initiative parlementaire, son groupe propose de libérer sans tarder la BNS de l'obligation de verser aux cantons les parts qui leur sont dévolues pour qu'elle puisse se remplumer en gardant pour elles les bénéfices.


D'après l'UDC en effet, la BNS doit augmenter rapidement ses réserves afin de retrouver sa marge de manoeuvre d'antan. La banque centrale a en effet fortement réduit ses réserves depuis le début du siècle, diminuant d'autant ses moyens d'intervention sur les marchés, écrit l'UDC lundi dans un communiqué.

Pour le parti de droite, toute autre collecte de fonds, même par le biais d'emprunts, affecterait la politique monétaire. L'augmentation des réserves de la BNS est le seul moyen qui lui permettrait d'intervenir en cas de crise et de restaurer la confiance sur les marchés.

Commentant en avril le rapport 2007 de la banque, son directeur Jean-Pierre Roth déclarait que "les réserves monétaires de la BNS ont continué à progresser l'an dernier. La croissance a été de 6,25 milliards de francs par rapport à 2006, à 84,91 milliards". Ces réserves atteignaient 100 à 120 milliards de francs début 2000, période de référence de l'UDC.

Selon un accord, dont on discute présentement sa prolongation jusqu'en 2017, la BNS verse à la Confédération et aux cantons 2,5 milliards de francs en guise de participation à son bénéfice, à raison de deux tiers aux cantons et un tiers à la Confédération.

Cette fois l’UDC est complètement à coté de la plaque. (Auto)-Evincée du CF, l’UDC n’a pas eu, comme le PS, droit au chapitre pour le sauvetage de notre économie à travers celui de l’UBS.

Comme à chaque fois, l’UDC essaie de « récupérer » les médias en faisant une proposition d’économie d’argent public. Cependant l’UDC a omis de préciser que si les cantons touchent moins de la BNS, les contribuables des cantons devront mettre la main à la poche…Quel autogoal !

Par ailleurs, je ne me souviens pas avoir entendu la direction de la BNS se plaindre de ne pouvoir faire son métier, à savoir défendre le CHF. Au contraire, j’ai l’impression que depuis que la BNS a du diminuer ses réserves, (vente d’or et répartition des montants obtenus) elle n’a jamais si bien effectué sa tâche.

 

 

Les commentaires sont fermés.