22/10/2008

Fiscalité: Micheline Calmy-Rey va convoquer l'ambassadeur allemand

Le Conseil fédéral est fâché par les déclarations du ministre allemand des finances Peer Steinbrück, qui a estimé que laSuisse méritait d'être inscrite sur la "liste noire" des paradis fiscaux. Il a chargé Micheline Calmy-Rey de convoquer l'ambassadeur d'Allemagne en Suisse.


Le Département fédéral des affaires étrangères devra faire part au diplomate de la suprise et du mécontement du gouvernement face aux propos tenus par Peer Steinbrück, a dit mercredi la conseillère fédérale devant la presse. Le Conseil fédéral n'a pas apprécié le choix des mots, comme "fouet", du ministre allemand.

Pour le reste, le gouvernement constate que la Suisse est "toujours sur la voie du dialogue" concernant son différend fiscal avec l'Union européenne. Le thème sera abordé lors d'une rencontre en décembre entre le président de la Confédération Pascal Couchepin et celui de la Commission européenne José-Manuel Barroso, a ajouté le cheffe de la diplomatie helvétique.

L'Allemagne a affirmé mardi lors d'une réunion de 17 pays à Paris qu'elle souhaitait ajouter la Suisse à la "liste noire" de l'OCDE des paradis fiscaux non coopératifs. Peer Steinbrück a reproché à Berne d'offrir aux Allemands des placements leur permettant d'échapper à l'impôt et de ne pas coopérer suffisamment en matière fiscale.

La Suisse devait initialement participer à la rencontre de Paris. Elle s'est désistée la semaine dernière au titre que cette réunion n'était pas placée sous l'égide de l'organisation internationale.

Il n’y a pas que le Conseil Fédéral de fâché avec l’Allemagne. Je le suis aussi et sans doute beaucoup d’autres de nos concitoyens. L’Allemagne, avec la crise, retomberait-elle dans ses travers d’un passé pas si lointain et cause du secret bancaire suisse ? L’Allemagne dont le leadership européen s’effrite au profit de la France Sarkozienne, devient arrogante vis-à-vis d’un voisin plus petit alors qu’elle omet de rappeler à ses « co-membres » de l’Union européenne qu’ils ont des paradis fiscaux (Andorre et Monaco) DEJA sur la liste noire de l’OCDE. Le parlement devrait se poser la question de la pertinence de continuer à prélever un impôt au profit de ce pays !

 

 

Les commentaires sont fermés.