24/10/2008

Ecole: fin des dispenses de piscine pour les écoliers musulmans

Le Tribunal fédéral (TF) donne un tour de vis aux dispenses de natation pour les écoliers de confession musulmane. Il a débouté un père de famille tunisien, domicilié à Schaffhouse, qui refusait que ses deux garçons suivent les cours mixtes de natation.


Mon Repos se démarque d'un précédent jugement qui avait fait sensation. En 1993, il avait décidé au nom de la liberté religieuse de reconnaître le droit à une fillette musulmane d'être dispensée de l'enseignement de la natation en présence des garçons.

Selon la majorité des juges de la Deuxième cour de droit public, les changements intervenus ces quinze dernières années, notamment sur le plan démographique, ainsi que la place accordée à l'intégration des populations étrangères justifient une modification de cette jurisprudence.

"Ces changements impliquent d'apprécier de manière plus restrictive une demande de dispense", a déclaré la juge fédérale Florence Aubry Girardin. Pour la magistrate, l'intérêt de l'enfant doit prédominer. D'autant que l'école joue un rôle fondamental en faveur de l'égalité des chances.

"Ce verdict ne doit pas être perçu comme une décision contre la communauté musulmane", a averti le président de la Cour, le juge Thomas Merkli, après le prononcé du verdict. "Il traduit la volonté d'avoir une école forte, qui remplit sa mission d'intégration".

Cette décision dans un pays laïc me parait sensée. De même que l’autorisation de la construction des minarets. Il faut raisonner logiquement, si l’on autorise au nom de la laïcité les minarets, en réalité c’est plus le fait de ne pas les interdire, il faut de l’autre côté que cet argument ait le même poids pour l’éducation dans nos écoles. Cela pourrait être relativisé dans les cantons dont la constitution ne sépare pas encore l’Etat de l’Eglise, par exemple  Fribourg je crois.

 

 

Les commentaires sont fermés.