25/10/2008

Christophe Darbellay attaque les bonus des managers de l'UBS

La crise financière a occupé une large place du congrès que le PDC a tenu à Berne. Alors que le président du parti Christophe Darbellay a exigé qu'aucun bonus ne soit versé aux managers de l'UBS, la conseillère fédérale Doris Leuthard s'est voulue rassurante.

 


La place financière suisse offre comme avant un très haut niveau de sécurité et de stabilité, a-t-elle assuré. C'est d'ailleurs ce succès qui explique pourquoi le ministre des finances allemand Peer Steinbrück lorgne sur la Suisse, selon la cheffe du Département fédéral de l'économie. Contrairement à l'Allemagne, la Suisse fait ce qu'il faut et sa politique réfléchie et intelligente a porté ses fruits.

Revenant à son tour sur le plan de sauvetage de l'UBS, Christophe Darbellay l'a qualifié de "disgracieux mais inévitable". La Suisse ne peut pas renoncer à un système bancaire qui fonctionne: le destin de l'économie et des places de travail est en jeu.

Mais ce plan ne doit pas concerner que les banques. La garantie des dépôts bancaires doit être relevée de 30'000 à 100'000 francs, a exigé M. Darbellay.

Mais surtout, aussi longtemps que la Confédération sera actionnaire de l'UBS, aucun bonus ne devra être versé ni à la direction ni au conseil d'administration de la banque, a martelé le conseiller national valaisan.

A l'issue du congrès, les militants démocrates-chrétiens se sont rendus sur la Place fédérale pour assister à des concerts placés sous la devise "Rock pour une Suisse ouverte". Doris Leuthard a pris la parole cette occasion.

C. Darbellay ne sait plus comment faire pour que l’on parle de lui ! Il se sait débordé à gauche par C. Levrat d’un part et le PRD a soutenu le sauvetage de notre économie.  C. Darbellay l’admet mais si le PS est dans son rôle lorsqu’il cherche à modifier la solution proposée par le gouvernement, le PDC ne peut rester en dehors des médias. C. Darbellay exige donc (à quel titre ?) qu’aucun bonus ne soit versé aux dirigeants de l’UBS, le directeur en charge de la gestion de fortune, département qui a permis à l’UBS d’éponger une grosse partie de ses pertes doit être très content ! Quelle motivation pour lui!

Quant à l’augmentation de la garantie sur les dépôts, soit elle ne sert à rien parce quel es banques n’ont plus de problèmes et c’est du populisme que de la réclamer soit elle est nécessaire et alors il faut la chiffrer et dire qui doit garantir ces montants !

C. Darbellay s’est vanté d’avoir participé à l’exclusion de C. Blocher, il pourra bientôt se vanter d’être à l’origine de la sienne. Il vient de montrer qu’il n’a pas l’étoffe d’un Conseiller Fédéral!  

 

 

Commentaires

Il y travaille a sa propre exclusion depuis un certain temps déjà ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 25/10/2008

Noir Noir Noir !!!

Après le lundi noir, l’octobre noir, c’est un avenir extrêmement noir qui se dessine devant nos yeux. Et oui rien n’arrête l’effondrement des places financières de la planète. Cet effondrement contamine une économie réelle déjà à l’agonie gravement amochée par la dérégulation et le pillage du système libérale des 40 dernières années.

"Il est essentiel qu'il y ait des décisions concrètes. Je crains que les Etats-Unis veuillent en rester à des principes et des généralités" C’est les paroles prononcées par Nicolas Sarkozy à la sortie du Forum Asie Europe. Cette déclaration démontre encore une fois la bataille qui règne autour de la conférence internationale du 15 novembre 2008 à Washington.

Les citoyens du monde doivent monter sur la scène de l’histoire afin d’exiger que nos leaders politiques prennent au sérieux notre avenir. Citoyens, ne dormez pas au sein de la révolution. Les décisions qui seront prise d’ici à la fin de l’année vont déterminer notre vie et celle de nos enfants.

Prenez part à la bataille pour une solution viable, pour notre avenir ! C’est la bataille autour du Vrai Nouveau Bretton Woods pour stopper la tyrannie de la finance !

David C.
david.cabas.over-blog.fr

Écrit par : David C. | 26/10/2008

Les commentaires sont fermés.