29/10/2008

Crise: l'Etat de Genève pourrait voir ses recettes fiscales fondre

Les banques genevoises sont pour le moment peu touchées par la crise financière qui secoue la planète. Les perspectives ne sont pas roses pour autant. L'Etat de Genève doit se préparer à quelques années plus difficiles sur le plan budgétaire.


La contribution fiscale de la place financière genevoise risque de baisser d'un tiers sur les exercices 2009-2010, a fait savoir le président de Genève Place Financière Ivan Pictet. Vu le poids du secteur, la perte en impôts pour l'Etat pourrait atteindre plusieurs centaines de millions de francs.

La Ville de Zurich, également très tributaire du secteur financier, a elle aussi dû constater les dégâts causés par la crise sur ses recettes. En 2008, les pertes fiscales devraient atteindre près de 400 millions de francs. Le budget 2009 de la municipalité a pour sa part plongé dans le rouge.

Pour M. Pictet, la crise financière qui frappe le monde est "gravissime". Le fait que la Suisse ne connaisse pas de bulle immobilière la rend toutefois moins vulnérable que d'autres pays à l'onde de choc. A Genève, où la gestion de fortune est reine, la place financière "n'a été que très peu affectée directement".

Le répit ne devrait être que de courte durée, car la récession économique guette.

C’est vrai. Les argentiers des cantons ont du souci à se faire. Les politiciens  de tout bord appelant, pour faire plaisir à leurs électeurs, à la disparition des bonus et autres gratifications vont bientôt s’en mordre les doigts ! Ces sommes importantes que les employés ne toucheront plus ne seront forcément pas taxées.

 

 

 

Commentaires

C'est vrai la république de Genève a du soucis à se faire...car les vaches à lait ne sont pas éternelles...et vu que la classe moyenne déserte de plus en plus Genève et la banque va mal...il va falloir trouver d'autres recettes pour subvenir aux besoins, des faux AI, des faux chômeurs et des faux réfugiés !


ABE

Écrit par : ABE | 29/10/2008

il ne faut pas faire de punition collective, certains dans les banques (UBS, CS) ont eu des bonus très exagérés mais la majorité des autres employés de banque, banquiers ou traders ont mérité ces bonus car ils ont amené des milliards en termes de recettes.Ne jetons pas le bébé et l'eau de bain....

Écrit par : demain | 29/10/2008

Les commentaires sont fermés.