07/11/2008

Crise: les Européens ont adopté une prise de position commune

Les Européens sont parvenus à resserrer les rangs sur la réforme du système financier mondial en vue du sommet du G20 du 15 novembre à Washington. Ils ont adopté une une position commune et réclament un deuxième sommet mondial fin février.


Les dirigeants européens sont "tous d'accord sur la nécessité absolue d'une coordination des politiques économiques" pour faire face à la crise, a déclaré le président français Nicolas Sarkozy, dont le pays préside actuellement l'UE, à l'issue d'un sommet extraordinaire des 27 à Bruxelles.

Signe de leur détermination, les dirigeants européens ont proposé la tenue d'un nouveau sommet mondial "100 jours" après celui de Washington, soit une fois le président américain élu Barack Obama entré en fonction. Selon la Maison Blanche, M. Obama ne devrait pas participer aux discussions du 15 novembre.

Ce nouveau sommet aurait à l'ordre du jour un rapport sur la mise en oeuvre des premières mesures arrêtées le 15 novembre. Le premier ministre tchèque Mirek Topolanek a toutefois relativisé l'unité de l'UE, assurant que Nicolas Sarkozy se rendrait au G20 avec un "mandat vague" lié aux divergences des 27.

La gravité de la crise a sans doute été un aiguillon pour les Européens. La zone euro sera "très probablement en récession en 2009", a confirmé le président de l'Eurogroupe, le Luxembourgeois Jean-Claude Juncker, alors que la Commission européenne prévoit encore une très légère croissance (0,1%).

 

Comme d’habitude, lorsqu’il s’agit de discuter les pays Européens sont unis. Dès qu’il faudra choisir de prendre des mesures plus ou moins douloureuses, chaque Etat recommencera à tirer la couverture à lui…..

Il est à noter que la réforme du système financier mondial est selon certains le problème que d’une vingtaine de pays. Que font les autres ? Ils se taisent et suivent le mouvement que cela leur plaise ou non ?

Ils ne doivent surtout pas dire que le système actuel, celui qui a lamentablement foiré, est le fruit des décisions de ceux qui veulent en changer, de ceux qui n'ont pas su utiliser ce qu'ils ont mis en place.

Et maintenant il faudrait de nouveau écouter et se taire?

 

La refont de système financier mondial devrait concerner l’ONU. Toutes les nations devraient pouvoir avancer des idées. Mais dans ce cas, comme dans bien d’autres, les « démocraties » n’ont cure de l’avis des autres…….

Les commentaires sont fermés.