10/11/2008

Crise financière: oui de la commission aux 6 milliards pour l'UBS

La commission des finances du Conseil des Etats propose de donner l'aval au crédit de six milliards de francs destinés au sauvetage de l'UBS. Les chambres fédérales se pencheront sur le dossier lors de la session d'hiver en décembre.


La commission a en revanche rejeté plusieurs propositions visant à assortir ce geste de la Confédération de conditions supplémentaires, a indiqué son président Philipp Stähelin (PDC/TG). Elle a ainsi refusé d'exiger que les boni distribués ces dernières années soient reversés. Elle ne veut pas non plus limiter les salaires versés par l'UBS à ses cadres.

La Confédération devrait libérer l'emprunt de six milliards à conversion obligatoire quatre à cinq jours après l'assemblée générale de l'UBS du 27 novembre. Ce prêt, soumis à un intérêt de 12,5%, doit rapporter 750 millions de francs bruts par an (600 millions nets).

Je suis très curieux de savoir qui se sucre au passage.

20% du montant des intérêts ça ne correspond pas à l’impôt anticipé, alors qui ponctionne ce montant ?

 

 

Commentaires

Calvin, dont le 500ème anniversaire commence déjà, pour 2009, doit se retourner dans sa tombe.
Lui qui proposait un taux normal de 5% ... voila que l'état devient un usurier comme les autres.

12,5% ...

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 11/11/2008

J'ai du mal à comprendre votre conclusion écrite en bleue. Car dans l'article nul mention n'est faite de 20% ou de l'impot anticipé.

Écrit par : Djinius | 11/11/2008

C'est simple,
C'est la différence entre l'intérêt brut , 750 millions, et l'intérêt net de 600 millions, soit une différence de 150 millions ou 20% de 750 millions. Dans ce genre de revenus, seul un impôt peut être si important. Mais en Suisse il est de 35% donc il ne s'agit pas de celui-ci. Lequel alors?

Écrit par : salegueule | 11/11/2008

Les commentaires sont fermés.