12/11/2008

Grève de la fonction publique vaudoise contre le système salarial

Les employés de la fonction publique vaudoise se sont mobilisés pour protester contre leur nouvelle grille salariale. Entre 8000 et 10'000 personnes ont manifesté en fin de journée dans les rues de Lausanne. Une nouvelle grève est annoncée pour les 19 et 20 novembre.


Cette mobilisation dépasse les attentes des syndicats, qui espéraient réunir 5000 personnes. Les manifestants ont défilé sous la pluie, entre la place St-François et la Riponne, au sons des sifflets et des couplets adressés au Grand argentier vaudois Pascal Broulis.

Les calicots exprimaient la colère des différents métiers "maltraités" par la réforme de la grille salariale Decfo/Sysrem. Au passage, la porte du Département des finances a été affublée d'un grand nez de Pinocchio, rebaptisé "Broulinocchio".

La mobilisation a été particulièrement forte au CHUV et dans les écoles. Le Centre hospitalier universitaire vaudois (CHUV) a assuré un service minimum, les blocs opératoires et les urgences ont fonctionné normalement, selon la direction. La grève a été bien suivie par les physiothérapeutes, ergothérapeutes, psychologues, laborantins, secrétaires et employés du service technique.

Selon le Département de la formation et de la jeunesse, 33 écoles primaires et secondaires inférieures sur 90 étaient en grève mardi, les enfants étant tout de même pris en charge. Les secrétaires et les bibliothécaires ont aussi cessé le travail.

Dans le secondaire supérieur, trois gymnases sur neuf étaient fermés, et des actions menées dans les six autres. Deux écoles professionnelles sur treize - l'Eracom et l'EPSIC à Lausanne - étaient fermées. Les centres d'orientation professionnelle et scolaire sont restés fermés, ainsi que les services de psychologie et de logopédie.

Les négociations sur la nouvelle grille se poursuivront après son entrée en vigueur, a déclaré Pascal Broulis mardi devant le Grand Conseil. Le gouvernement décidé la retenue des salaires pour les grévistes. Ils devront annoncer les heures non travaillées.

Une partie des fonctionnaires (les grévistes) se moque du monde. Bénéficiant d’un rare privilège avec la quasi garantie de l’emploi, ces personnes veulent en plus des salaires mirobolants.

Par les temps qui courent, cela frise presque l’indécence.

Je pense que les fonctionnaires ne devraient rien avoir de plus que le minimum légal. (Vacances, horaires hebdomadaires etc…) Ils sauraient de cette façon de quelle manière vit une partie des contribuables qui eux n’ont pas le choix du salaire ni de faire la grève…

Le gouvernement de devrait pas attendre une annonce des heures non travaillées, les responsables de chaque service ont certainement dans leur mission le contrôle des présences. Les absents devraient voir leurs salaires amputés d'un jour minimum comme le droit aux vacances etc.

Le contribuable n'est pas là pour payer des gens à manifester!

 

 

 

Commentaires

En plus, il parait que les heures de grêves sont comptées au tarif d'heures supplémentaires ! C'est-à-dire, à +40%, comme la police genevoise.

Dingue non ?

Écrit par : Djinius | 12/11/2008

Ouaou
Le racisme tout court mais surtout anti fonctionnaire semble être le truc de ce blog.
Les heures de grève sont décomptées, et donc on perd son salaire.
Les gens qui sont mal payés en général font aussi la grève. C'est ainsi que les maçons ont obtenu la retraite à 60 ans, et 3% d'augmentation de leur salaire cette année.
Pis notre ennemi, c'est les banques qui jouent avec nos milliars, pas les profs et les infirmières qui refusent qu'on leur crache dessus.
Mais bon, ça semble vous échapper!!!

Écrit par : rouletabille | 14/11/2008

Les commentaires sont fermés.