16/11/2008

L'UDC doit retrouver sa place au CF selon Christoph Blocher

A un peu plus de trois semaines de l'élection du successeur de Samuel Schmid, Christoph Blocher continue de souffler le chaud et le froid. "Les autres doivent annoncer la couleur et dire s'ils ne veulent plus ni de moi ni de l'UDC au Conseil fédéral".


"Contrairement à la gauche, les radicaux et le PDC n'ont pas encore dit clairement qu'ils excluent de me réélire", indique l'ex-conseiller fédéral dans une interview accordée au "Matin Dimanche. Plus généralement, sur le retour de l'UDC au gouvernement, M. Blocher estime que son parti "doit tout faire pour y retrouver sa place, mais pas à n'importe quel prix".

"Voyez comme les autres partis sont déjà en train de poser leurs conditions. Nous ne devons pas l'accepter et revivre ce que nous avons vécu avec Samuel Schmid", lance le Zurichois.

Jugeant tout de même probable le retour de l'UDC au Conseil fédéral, Christoph Blocher précise: "Nous allons au devant d'une lourde responsabilité à porter avec un seul représentant UDC, alors que nous aurions droit à deux sièges. Et on ne nous loupera pas si nous ne parvenons pas à redresser le Département de la défense, après avoir dit qu'il était si mal géré et qu'il ne fonctionnait pas."

Pour le président du PDC, Christoph Blocher n'a aucune chance. Un UDC sera élu le 10 décembre, "mais pas un ancien conseiller fédéral", a pronostiqué Christophe Darbellay dans une interview parue dans la "NZZ am Sonntag".

M. Darbellay a nié qu'un accord ait été passé pour garantir l'élection d'un UDC de la ligne dure en échange d'un deuxième siège démocrate-chrétien au détriment des radicaux. "Ce sont des rêves. Le PDC a droit à un deuxième siège, mais pas maintenant."

C. Blocher renvoie l’ascenseur, le PDC particulièrement et dans une moindre mesure le PRD sont renvoyés dans les cordes et doivent préciser leur position à propos de C. Blocher. Que feront-ils si C. Blocher est candidat  à la succession de Samuel Schmid ?

Les présidents Darbellay et Pelli devront bien répondre à la question. Ils ne peuvent plus se cacher derrière un soi-disant manque de collégialité puisque cet argument n’a pas été utilisé au sujet des bourdes de Mme Calmy Rey. (Voile en Iran par exemple) Ils ne peuvent plus à reprocher à C.Blocher une attitude qu’ils ont acceptées d’autres conseillers fédéraux ! (Aveux de Samuel Schmid d'avoir "oublié" les ennuis judiciaires de son poulin pour la direction de l'armée.)

 

18:14 Publié dans Politique, Suisse | Tags : udc, pdc, ps, prd, darbellay, blocher | Lien permanent | Commentaires (1)

Commentaires

Christophe Darbellay a déjà lâché du leste entre sa première intervention et la seconde.

D'ici l'annonce officielle par l'UDC, de son (ses) candidat (s) ils vont tous y arriver à le dire ...

Blocher revient !

Écrit par : Victor DUMITRESCU | 16/11/2008

Les commentaires sont fermés.