17/11/2008

Succession de Samuel Schmid: MM. Amstutz et Aebi en lice

Le comité directeur de l'UDC du canton de Berne a désigné les conseillers nationaux Adrian Amstutz et Andreas Aebi pour la course à la succession de Samuel Schmid au Conseil fédéral. Cette double candidature a été décidée à l'unanimité.


Le ticket sera transmis au groupe parlementaire UDC. Plusieurs autres comités de sections cantonales du parti, dont Zurich et Vaud, doivent se réunir en soirée pour proposer leurs candidats. Sur les bords de la Limmat, les candidats les plus sérieux sont l'ex-conseiller fédéral Christoph Blocher, l'ex-président du parti suisse Ueli Maurer ou le conseiller national Bruno Zuppiger.

Le nom du conseiller national bernois Adrian Amstutz ne constitue pas une surprise. Membre du Conseil national depuis 2003, M. Amstutz, 55 ans, fait partie des principaux prétendants à la succession du conseiller fédéral démissionnaire. Andreas Aebi, agriculteur, a été élu au Conseil national en octobre 2007.

Deux autres personnalités de l'UDC ont déjà fait acte de candidature: le conseiller national schwyzois et directeur de l'ASIN Pirmin Schwander et le président des Jeunes UDC, le Bernois Erich Hess.

Les candidatures UDC à la succession de Samuel Schmid, le 10 décembre, doivent être adressées au groupe parlementaire avant le 25 novembre à 09h00. Deux jours plus tard, une séance extraordinaire du groupe déterminera sa position.

Entre le 27 novembre et le 10 décembre, les éventuels candidats de l'UDC seront auditionnés par les autres groupes. Ceux-ci évoqueront déjà la succession de Samuel Schmid vendredi prochain.

Parallèlement, les Verts ne cachent pas leur volonté de revendiquer leur entrée au Conseil fédéral. A leurs yeux, aucun candidat de la ligne officielle de l'UDC n'est éligible.

Le moins que l’on puisse dire à propos de la succession de s. Schmid, c’est que les sections ne sont pas aux ordres. L’UDC est en train (malgré elle ?) de donner une leçon de démocratie. Le plus grand parti de Suisse va probablement avoir une demi-douzaine de candidats à la succession de Samuel Schmid. Si l’on ajoute aux candidats des sections cantonales ceux que la presse a déjà annoncés, le choix offert aux délégués de l’UDC sera « royal ».

 On notera que tout le monde est courant de la lourde tâche qui va incomber au prochain élu : reprendre le Département de la défense qui serait selon certains élus dans un triste état...

Visiblement cela ne fait pas peur aux membres de l’UDC.

 

En ce qui concerne les verts, eux qui ne représentent même pas 10% des suffrages et se permettent de dire que le parti représentant 3 fois plus qu’eux, ne mérite pas d’avoir de conseillers Fédéraux, ce parti se montrant tellement anti-démocratique, lui ne mérite en aucun cas d’avoir un représentant !!! Les verts se comportent de la manière dont ils accusent l’UDC de se comporter, par l’exclusion. Les vrais démocrates se rendront bientôt compte de ce fait et éliront des vrais écologistes comme ceux de Ecologie libérale par exemple.

 

 

23:00 Publié dans Politique, Suisse | Tags : schmid, blocher, amstutz, udc, pdc, ps, prd | Lien permanent | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.