29/11/2008

Ouverture du marché de l'électricité: le Conseil fédéral doit agir

Le mécanisme d'ouverture du marché de l'électricité, prévue pour le 1er janvier, aura des conséquences extrêmement dommageables pour les consommateurs et les milieux économiques, affirme SwissElectricity. La société prie le Conseil fédéral de modifier les textes en vigueur.


Les bénéfices cumulés de la branche électrique s'élevaient en 2007 à 3 milliards de francs, a dit Claude Cornaz, directeur de SwissElectricity. En parallèle, une augmentation de 15% à 70% des prix est annoncée. C'est inacceptable et même dangereux en ces temps de crise, a-t-il souligné.

La société SwissElectricity, qui représente depuis 1998 les intérêts d'une centaine d'entreprises, négocie les conditions d'achat de courant aux niveaux suisse et européen. Elle craint que la compétitivité de ses membres - surtout actifs dans l'industrie et les services - soit affectée par la hausse de leur budget d'électricité.

Ainsi, Nestlé Suisse verra sa facture d'électricité grimper de 30% en janvier, a expliqué son directeur général Roland Decorvet. Les ménages et les gros consommateurs sont mis devant un fait accompli et voient les prix exploser sans recevoir de nouvelle prestation en retour. C'est "un non-sens", a-t-il dénoncé.

 

Nous pouvons constater que cette libéralisation voulue par on ne sait qui, est une idiotie totale.

C’est le cas exemplaire d’un « bien » ou d’un service qui ne peut être commercialisable. La clientèle est forcément captive, quelle que soit sa taille. Les producteurs n’ont qu’à diminuer un peu la production pour faire augmenter les prix à leur guise. Un retour en arrière à propos de cette libéralisation est impératif. Le gouvernement dont la mission première est de défendre les intérêts de ses citoyens doit revenir sur cette ouverture. Les infrastructures de distribution de l’électricité ont été payées par les contribuables, ils n’ont pas maintenant à en payer l’utilisation.

 

 

Les commentaires sont fermés.