11/12/2008

Conseil fédéral: l'UDC veut attaquer un siège socialiste

L'élection d'Ueli Maurer mercredi ramenant l'UDC au gouvernement, mais avec un seul conseiller fédéral, le premier parti de suisse reste sous-représenté. Son président Toni Brunner espère y remédier le plus vite possible, au détriment du PS s'il le faut.


Le conseiller national ne voit pas de raison d'être clément avec le PS: ses représentants n'ont donné mercredi aucune voix aux candidats officiels de l'UDC et ainsi montré que la concordance ne les intéresse plus. "Manifestement, le PS flirte avec l'idée d'un autre système politique."

"Ces menaces me laissent de marbre", réagit le président du PS Christian Levrat. Pour la succession de Samuel Schmid, deux UDC ont été au coude à coude et le président des démocrates du centre n'a pas à se plaindre du résultat de l'élection, a commenté le conseiller national.

La prochaine vacance pourrait bien être radicale avec le départ de Pascal Couchepin. Selon la cheffe du groupe libéral-radical aux Chambres Gabi Huber, ce facteur n'a toutefois joué aucun rôle dans l'attitude de son groupe mercredi: "nous n'avons pas conclu de marchandage avec l'UDC".

Il est "envisageable" que le PDC tente de récupérer le siège radical, déclare de son côté son président Christophe Darbellay. "Notre objectif est de retrouver deux représentants en 2011, mais si les blés sont mûrs, on peut faire les foins plus tôt." En taille, le PDC (avec le PEV et les Verts libéraux) constitue le deuxième groupe parlementaire de l'Assemblée fédérale, rappelle le Valaisan.

 

Ce serait une très grave erreur de l’UDC que de revendiquer la seconde place à laquelle il a droit au détriment du parti socialiste. Il vaut mieux attendre 2011, obtenir un résultat dans les urnes similaire à 2007 et présenter Monsieur Hansjörg Walter contre madame Widmer Schlumpf qui, n’étant plus membre de l’UDC mais du PBD, n’aura plus sa place dans un gouvernement de concordance que si son nouveau parti obtient un résultat très important. Si son parti n’est pas représentatif d’un pourcentage au moins aussi important que celui du PDC, elle ne devra pas rester à Berne. Monsieur Walter est plus qu’accepté par la gauche et les verts puisqu’ils lui ont donnés leurs suffrages. Ils ne pourront pas, dans trois ans, lui refuser une élection. Les trois sièges restants seront à se partager comme maintenant entre le PRD et le PDC sauf si ce dernier éclate. Je pense qu’une minorité importante du PDC pourrait être tentée de rejoindre le PBD, ce qui permettrait à Mme Widmer Schlumpf de rester, alors qu’une autre devrait, sous l'impulsion de Jacques Neirynck, rejoindre les socialistes.

 

 

Commentaires

Le coup bas de la gauche, associée au PDC a presque réussi. Ils ne voulaient surtout pas Maurer, quitte à voter pour un UDC de la ligne moderée. Soutenir H. Walter était un artifice et il n'aura plus droit aux suffrages de la gauche en 2011. Parcontre, l'UDC ne pardonnera pas cette "inpolitesse" aux verts (avec un discours tendencieux) et aux PDC et la facture se payera cash. Ni Darbellay, ni Schwaller grillés et pour moi, Baader et non Walter prendra le siège de Couchepin, qui aurait dû lui revenir cette année déjà, s'il n'avait pas explicitement refusé cette charge. Quant à Ueli Maurer, diantre laissez lui au moins le bénéfice du doute. Il confirmera son mandat, je suis persuadé, par une ligne patriotique et non pas gauchiste, qui n'est pas loin de vouloir envoyer notre armée dans l'OTAN. Suis-je dans le faux ? La venguence est un plat qui se mange froid et nous verrons au plus tard dans 3 ans! A bon entendeur
Et je signe Bruno Mathis

Écrit par : Etoile de Neige | 11/12/2008

Bonjour,
U.Maurer élu, je pense que l'UDC "mörgeliste" aurait tout intérêt à se montrer réaliste et ne pas revendiquer un siège au détriment des socialistes. Par contre, rien ne l'empêche, vu les précédents de 2007 et 2008, de chercher à son tour un candidat à présenter contre un parti dont la ligne politique ne pèse pas plus de 20% de la population... A moins d'encourager la candidature de Recordon ! N'a-t-il pas manifester son envie de faire partie du CF..., et n'ayant pas reçu l'appui des socialistes, il doit pouvoir compter sur les voix de la droite parlementaire ;-)
Quant au futur candidat UDC, personnellement, je verrai d'un bon oeil que H.Walter soit retenu. Après tout, il semble convenir à une majorité de l'Assemblée fédérale, et une prime à la loyauté serait normale. Mais cela est encore de la musique d'avenir.
Question "formule magique" de concordance, voici celle que j'espère pour la législature prochaine :
2 UDC, 1 PBD, 1 PLR, 1 PDC, 2 de gauche (1 PS + 1 Vert ?). Après la démission de Mme Widmer-Schlumpf, son siège reviendra au PLR (ou au PDC en fonction de l'évolution de leurs scores respectifs).
Si changement de système il y a, avec une composition en fonction des idées politiques, alors ma formule idéale est la suivante : 2 UDC, 1 PBD, 2 PLR, 1 PDC, 1 GLP (vert-libéral !).

R.Bouvier

Écrit par : R.Bouvier | 13/12/2008

Les commentaires sont fermés.