19/12/2008

La Suisse allemande d'abord

L'avenir des réseaux routiers et ferroviaires se précise. Le Conseil fédéral a mis en consultation un projet visant à faciliter le trafic dans les agglomérations et un autre contre les bouchons sur les autoroutes. Le ZEB 2 suivra en 2010.


Le gouvernement prévoit ainsi d'affecter 5,5 milliards pour les 20 ans à venir pour éliminer des goulets d'étranglement du réseau des routes nationales. Faute de pouvoir répondre à tous les voeux, ce qui coûterait environ 15 milliards, le Conseil fédéral a retenu quatre chantiers jugés urgents: la suppression du goulet d'étranglement de la zone de Crissier (VD), l'élargissement à six voies du tronçon Härkingen (SO)-Wiggertal (AG), le tronçon Blegi-Rütihof (ZG), ainsi que le contournement nord de Zurich.

Les projets moins urgents sont reportés, certains passent même à la trappe. En Suisse romande, il s'agit de l'élargissement à six voies du tronçon Etoile-Perly (GE) et de la route entre Villars-Ste-Croix et Cossonay (VD), de la suppression des problèmes entre Nyon et Morges-Ouest (VD) ainsi que du projet concernant l'échangeur entre Villars-Ste-Croix, La Croix et Montreux (VD).

Côté transports dans les agglomérations, la Confédération devrait libérer 1,5 milliard entre 2011 et 2014. Elle contribuerait ainsi pour 30 à 40% au financement de mesures dans 26 zones. Ensuite, 1,16 milliard devrait être débloqué entre 2015 et 2018.

En Suisse romande, la priorité sera donnée pour la première tranche au tram Renens-Lausanne, aux extensions de tram à Genève, à l'amélioration de la ligne RER Genève-Coppet ou à des réaménagements de routes à Yverdon, Neuchâtel, La Chaux-de-Fonds et Delémont.

La consultation sur la 2e étape du développement de l'infrastructure ferroviaire (ZEB 2, rebaptisé officiellement Rail 2030) est attendue d'ici le printemps 2010. Le gouvernement prévoit deux variantes, à 21 ou 12 milliards.

Comme voulu par le Parlement, toutes les options d'extension seront examinées, y compris la 3e voie CFF entre Lausanne et Genève et le tunnel de Gléresse (BE).

Le hasard fait bien les choses…pour les suisses allemands ! Hier le PS exige un plan de relance de 6 milliards ! Aujourd’hui, le CF présente un plan d’amélioration des infrastructures. Etrangement, les réalisations urgentes sont toutes en Suisse alémanique, excepté une à Crissier, alors que les moins urgentes sont en Suisse romande. Il est vrai que les verts romands sont plus actifs que les alémaniques et donc probablement moins enclins à défendre les investissements en infrastructures routières.  C’est exactement le contraire pour la troisième voie CFF,  il n’ y a que les verts pour la défendre et ils sont bien seuls. Ce manque de collégialité entre les députés romands, qui prétendent y être attaché lorsqu’il s’agit d’élire un Conseiller Fédéral, est si flagrante qu’il n’ y a pas d’urgence pour les romands du point de vue des alémaniques.  Les contribuables doivent simplement s’acquitter des impôts et laisser la confédération dépenser l’argent en Suisse orientale.

 

 

Commentaires

Rien de nouveau. Moritz Leuenberger n'a fait que défendre les intérêts zurichois depuis son accession au pouvoir. De plus il a été aidé par les cantons romands qui au lieu d'avoir une vision globale des infrastructures sur la région métropolitaine lémanique, ont juste chacun défendu leurs petits projets. Résultat, on n'a que des queues de Budget (sauf Crissier) pour se développer et quand le crise sera passé, nous n'aurons toujours pas d'infrastructures valables pour se relancer tandis que les Suisses allemands pourront eux favoriser une meilleure relance. A quoi servent ces impôts fédéraux (qui à l'origine étaient temporaires) que la région fournit à Berne. Envoyons des lobbyistes non plus pour défendre des cantons mais la région lémanique toute entière.

Écrit par : sirène | 20/12/2008

Les commentaires sont fermés.